Afrique

Les ONG tunisiennes se mobilisent contre la violence faite aux femmes

- Des associations et des ONG tunisiennes appellent les autorités compétentes à mettre en place un plan d’action urgent pour la protection des victimes, à l’occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Hend Abdessamad   | 25.11.2020
Les ONG tunisiennes se mobilisent contre la violence faite aux femmes

Tunis

AA/ Tunis

Des associations et des organisations tunisiennes se sont dressées, mercredi, pour dénoncer la violence faite aux femmes et appeler les autorités publiques à agir en urgence face à la montée en puissance du phénomène de la violence, à l’occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, célébrée le 25 novembre de chaque année.

L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates, l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens, l’Association Beity, le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux, le Syndicat National des Journalistes Tunisiens, l’Institut Arabe des Droits de l’Homme, la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme et l’Association de Défense des Libertés Individuelles, ont signé un communiqué conjoint à l’occasion de cette journée mondiale.

« Exigeons l’égalité, affichons notre solidarité. Nous en avons assez de compter les victimes ! », ont proclamé les ONG tunisiennes au préambule de leur communiqué.

Le même communiqué a souligné que « celles qui sont tuées par la discrimination, la violence, l’exploitation économique et la stigmatisation sociale, plus que le terrorisme et la pandémie de la Covid-19 ».

Et d’appeler les autorités compétentes à « mettre un terme au traitement symptomatique des violences en s’attaquant à l’ordre patriarcal et ses innombrables ramifications juridiques, politiques, sociales, économiques et culturelles, qui constituent le terreau et le ferment des violences ».

Les associations et les organisations tunisiennes ont également souligné la nécessité d’adopter une nouvelle approche volontariste et exhaustive pour lutter contre les violences faites aux femmes, en appelant l’Etat à consacrer un budget en ce sens « en particulier, en ce qui concerne la protection et la prise en charge des victimes et leur accompagnement vers l’autonomie, loin de toute action de minorisation, de substitution ou de tutelle ».

*Violences conjugales sous l’ère d’une pandémie

Depuis mars dernier, la pandémie de la Covid-19 est apparue en Tunisie qui avait imposé des mesures d’anticipation pour freiner la propagation du virus, le confinement. Or, un autre phénomène, déjà existant, s’est propagé davantage dans les foyers tunisiens.

Les signalements des cas de violences faites aux femmes ont atteint les 1 425 appels dont 77% des auteurs sont les époux, selon le rapport de l’Organisation des Nations unies Femmes en Tunisie.

Selon la même source, 47.6 % des femmes en Tunisie ont déclaré avoir subi au moins une forme de violence. Une femme sur trois est victime de violences conjugales.

Les appels des victimes ont été reçus par la ligne verte pour l’écoute et l’orientation (1899) du ministère de la Femme, de la Famille et des Personnes Âgées.

*Mesures prises pour sensibiliser contre la violence faite aux femmes

Des campagnes de sensibilisation ont été lancées par les organisations et les associations tunisiennes, le ministère de la Femme, de la Famille et des Personnes Âgées ainsi que le ministère tunisien de l’Intérieur.

Les médias tunisiens, les journaux en ligne et les réseaux sociaux ont également participé à la campagne contre les violences faites aux femmes, en partageant des vidéos et des spots sensibilisant le grand public.




Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.