Afrique

Le vice-président du Conseil présidentiel libyen discute avec Saïed de la situation en Tunisie

-Abdallah Hussein Al-Lafi, a déclaré que le Président Kaïs Saïed l'avait rassuré au terme de leur rencontre en Tunisie, que « les choses se déroulaient de manière constitutionnelle ».

1 23   | 29.07.2021
Le vice-président du Conseil présidentiel libyen discute avec Saïed de la situation en Tunisie

Tunisia

AA/Tunis

Le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Abdallah Hussein Al-Lafi, s'est entretenu jeudi avec le Président tunisien Kaïs Saïed de la situation en Tunisie, notant qu'il l'a rassuré que les choses se déroulaient de manière constitutionnelle.

C’est ce qui ressort d’une déclaration faite par Al-Lafi à l’issue de sa rencontre avec Saïed au palais de Carthage dans la capitale Tunis, selon un enregistrement vidéo diffusé sur la page officielle Facebook de la Présidence de la République Tunisienne.

Al-Lafi a ajouté que « la rencontre a abordé plusieurs questions régionales et internationales importantes, notamment la situation en Tunisie ».

Et le responsable libyen d’ajouter, « La Tunisie est un pays voisin de la Libye, et ce qui nous importe c'est de prendre connaissance de ce qui s’y passe, ainsi que de la stabilité de ce pays, tout en tenant compte de la volonté du peuple tunisien à ce stade ».

Et Al-Lafi de poursuivre, « Le Président Saïed nous a informé que les choses se déroulent de manière constitutionnelle, et nous a assuré qu'il était soucieux à parachever la phase de transition ».

« La Tunisie est un pays frère de la Libye, et nous sommes un seul peuple dans deux pays. Nous souhaitons la stabilité et la sécurité de l'Etat et du peuple tunisiens », a fait observer le vice-président du Conseil présidentiel libyen.

La Présidence de la République tunisienne n'a pas précisé quand Al-Lafi est arrivé dans le pays, ni la durée de sa visite ou ses objectifs.

Kaïs Saïed, avait annoncé, dans la soirée du dimanche, au cours d’une réunion d’urgence avec de hauts responsables militaires et sécuritaires, le limogeage du Chef du gouvernement Hichem Mechichi et le gel des pouvoirs du Parlement. Il a également fait savoir qu'il assumera le pouvoir exécutif, avec l’aide d'un gouvernement qui sera dirigé par un nouveau chef désigné par lui, et ce, pour une durée de 30 jours. Le locataire de Carthage a en outre annoncé qu’il présidera le ministère public.

Les décisions de Saïed surviennent à la suite des manifestations populaires qui ont eu lieu dans plusieurs gouvernorats du pays, exigeant la démission du gouvernement, dans un contexte de difficultés économiques et sanitaires et d'une crise politique qui dure depuis des mois dans le pays.

Le Président tunisien a déclaré avoir pris ces décisions pour « sauver la Tunisie, l'Etat et le peuple tunisien » et que les mesures d’exception qui en découlent, sont temporaires. Certains partis politiques ont considéré lesdites mesures comme un « coup d’Etat contre la Constitution », tandis que d'autres y ont été favorables, estimant qu'il s'agissait d'une « rectification du processus révolutionnaire ».

La Tunisie est considérée comme le seul pays arabe qui a réussi à effectuer une transition démocratique parmi d'autres pays arabes qui ont également connu des révolutions populaires ayant renversé les régimes au pouvoir, notamment en Égypte, en Libye et au Yémen.


*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail




Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın