Afrique

Le Soudan interdit les vols dans l'espace aérien d'une province frontalière avec l'Éthiopie

- Dans la province de Gedaref, pour des raisons sécuritaires, selon un communiqué du porte-parole de l'Autorité de l'aviation civile soudanaise examiné par l'Agence Anadolu

Hajer Cherni   | 14.01.2021
Le Soudan interdit les vols dans l'espace aérien d'une province frontalière avec l'Éthiopie

Sudan


AA / Soudan


Le Soudan a annoncé, jeudi, l'interdiction de l'aviation civile dans l'espace aérien de la province de Gedaref, à la frontière éthiopienne, pour "des raisons sécuritaires".

Le porte-parole de l'Autorité de l'aviation civile soudanaise, Abdul Hafeth Abdel Rahim, a déclaré à l'Agence Anadolu que ''le ministère soudanais de la Défense a soumis l'ordre à l'Autorité de l'aviation civile d'interdire le survol de l'espace aérien de la province de Gedaref''.

Abdel-Rahim a expliqué que cette décision a été prise pour des raisons sécuritaires, au regard du climat tendu entre l'Ethiopie et le Soudan.

Les frontières soudano-éthiopiennes ont été récemment le théâtre de nombreux incidents remarquables, déclenchés par une attaque armée visant une force de l'armée soudanaise au Mont Touriya (est) à la mi-décembre 2020.
Plutôt mercredi, le Soudan a annoncé qu'un avion militaire éthiopien avait violé son espace aérien, décrivant l'incident comme une "escalade dangereuse".

Par ailleurs, l'ambassadeur d'Addis-Abeba à Khartoum, Petal Amero, a accusé l'armée soudanaise de s'être emparée de 9 camps militaires à l'intérieur du territoire éthiopien, novembre dernier.

Un membre du Conseil de souveraineté, Mohamed al-Hassan al-Tayshi, a déclaré jeudi que "ce qui se passe dans l'est du Soudan est un déploiement ordinaire des forces armées sur le territoire du pays".

Al-Tayshi a ajouté, lors de sa rencontre avec l'Envoyé spécial de la France pour le Soudan, Jean-Michel Dumond, au palais présidentiel à Khartoum, que "le Soudan est engagé dans ses relations stratégiques et tient à assurer la sécurité dans la région", explique un communiqué du Conseil de souveraineté.

Le 31 décembre, le ministre soudanais des Affaires étrangères, Omar Qamar al-Din, a déclaré que "l'armée soudanaise a pris le contrôle de l'ensemble des régions frontalières avec l'Ethiopie".

Khartoum accuse des milices armées éthiopiennes qui ne cessent d'attaquer des agriculteurs soudanais, dans le but de piller et de voler, des propos qu'Addis-Abeba réfute en qualifiant ces groupes de "bandes de hors-la-loi".

*Traduit de l'arabe par Hajer Cherni.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın