Monde, Afrique

L'Arabie saoudite et la Tunisie discutent des relations bilatérales

-Lors de la rencontre du ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan Al Saud, avec le Président tunisien, Kaïs Saïed, au palais de Carthage, dans la capitale Tunis.

Adel Bin Ibrahim Bin Elhady Elthabti   | 30.07.2021
L'Arabie saoudite et la Tunisie discutent des relations bilatérales Présidence de la République Tunisienne

Tunisia

AA/Tunis

L'Arabie saoudite et la Tunisie ont discuté vendredi des relations bilatérales et des derniers développements de la situation après les décisions prises par le Président tunisien, Kaïs Saïed.

C’est ce qui ressort de la rencontre du ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan Al Saud avec Saïed au palais présidentiel de Carthage dans la capitale Tunis.

Bin Farhan Al Saud a déclaré, selon un séquence vidéo publiée par la Présidence de la République tunisienne sur sa page officielle Facebook, « Ce qui se passe en Tunisie est une affaire intérieure et relève de la souveraineté du pays, soulignant que « le Royaume d'Arabie saoudite se tient aux côtés de la Tunisie ».

Et le chef de la diplomatie saoudienne d’ajouter, « J'ai assuré au Président Kaïs Saïed du respect de l'Arabie saoudite pour les affaires intérieures tunisiennes, qui relèvent de la souveraineté du pays ».

« J’ai exprimé également au chef de l’Etat le soutien du Royaume à la Tunisie et à tout ce qui est de nature à renforcer sa sécurité et sa stabilité », a ajouté le ministre saoudien des Affaires étrangères.

« Le Royaume fait part de sa confiance en la capacité de la direction tunisienne à surmonter les circonstances actuelles afin d'assurer une vie digne et la prospérité au peuple tunisien frère », a-t-il souligné.

Le responsable saoudien a, à cet effet, appelé la communauté internationale, « à soutenir la Tunisie en ces circonstances économiques et sanitaires difficiles », en référence à la flambée de l’épidémie dans le pays.

Kaïs Saïed, avait annoncé, dans la soirée du dimanche, au cours d’une réunion d’urgence avec de hauts responsables militaires et sécuritaires, le limogeage du Chef du gouvernement Hichem Mechichi, le gel des pouvoirs du Parlement pour une durée de 30 jours, ainsi que la levée de l’immunité parlementaire de tous les députés.

Il a également fait savoir qu'il assumera le pouvoir exécutif, avec l’aide d'un gouvernement qui sera dirigé par un nouveau chef désigné par lui. Le locataire de Carthage a en outre annoncé qu’il présidera le ministère public.

Le chef de l'État a déclaré avoir pris ces décisions pour « sauver la Tunisie, l'Etat et le peuple tunisien » et que les mesures d’exception qui en découlent, sont temporaires. Certains partis politiques ont considéré lesdites mesures comme un « coup d’Etat contre la Constitution », tandis que d'autres y ont été favorables, estimant qu'il s'agissait d'une « rectification du processus révolutionnaire ».


*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın