Afrique

La RDC compte “monter d’un cran” sa coopération avec l’armée ougandaise contre l’ADF

Les armées des deux pays pourraient mener des incursions, sans mener des opérations conjointes.

Lassaad Ben Ahmed   | 30.11.2021
La RDC compte “monter d’un cran” sa coopération avec l’armée ougandaise contre l’ADF

Congo, The Democratic Republic of the

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a affirmé, lundi, vouloir monter d’un cran sa coopération avec l’armée ougandaise, alors que des sources onusiennes et diplomatiques ont affirmé que le président congolais Felix Tshisekedi a autorisé l'armée ougandaise à traverser la frontière pour traquer les combattants des Forces démocratiques alliés (ADF), responsables de massacres de milliers de civils dans l’est de la RDC.

“Il y a plusieurs mécanismes conjoints qui nous relient aux Ougandais. Aujourd’hui, nous faisons face à une menace commune. Ils frappent chez nous et frappent chez eux. Nous faisons les renseignements et les échangeons avec eux pour avoir des actions guidées sur le terrain. Par rapport à la menace qui s’accroît, nos armées envisagent des actions ciblées”, a déclaré lors d’une conférence de presse à Kinshasa, le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya.

Dans les faits, les deux armées pourraient mener des incursions, sans mener des opérations conjointes. “Les terroristes bougent. Si on les repère dans la partie ougandaise et que les ougandais peuvent intervenir ou si nous pouvons intervenir plus rapidement, on prévient la partie ougandaise et on intervient”, a déclaré Muyaya.

“Aujourd’hui, le processus qui nous relie dans le cadre des mécanismes des renseignements va monter d’un cran. On échange les informations dès qu’on repère la menace, on partage avec nos amis ougandais, nous les poursuivons. On va mutualiser les informations, on va mutualiser les actions ciblées en fonction des menaces telles que repérées”, a-t-il encore ajouté.

Les Forces démocratiques alliés (ADF) sont la cible de cette éventuelle coopération.

Les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu devenus leurs sanctuaires ont été placées depuis le mois de mai dernier sous un état de siège consacrant le remplacement des autorités civiles par des officiers de l'armée et de la police.

Cette mesure exceptionnelle, n’a pas encore permis à l’armée d’empêcher les massacres.

L’éventualité d’une coopération militaire augmentée a déjà provoqué des remous du côté congolais. Le prix Nobel de la paix 2018, Denis Mukwege, a été particulièrement virulent, sur Twitter, dénonçant une décision “inacceptable” et évoquant des “pyromanes pompiers”.

“Les mêmes erreurs produiront les mêmes effets. Debout, Congolais, Nation en danger !”, a-t-il conclu.

Denis Mukwege a rappelé les conflits du passé notamment en 2000 lorsque les armées régulières rwandaise et ougandaise s'étaient affrontées à l'arme lourde à Kisangani, dans le nord-est de la RDC, faisant plusieurs dizaines de morts et des centaines des blessés.

L'Ouganda et le Rwanda sont régulièrement accusés dans des rapports des Nations Unies et d'ONG de soutenir des groupes armés opérant dans la façade orientale de la RDC.

Muyaya a réagi lors de sa conférence de pressé, précisant que le gouvernement “connaît la sensibilité des populations pour ce qui concerne les questions sous-régionales, mais en même temps nous pensons que nous ne pouvons pas construire sur des peurs et la psychose”.

L'Ouganda a désigné les ADF comme responsables d'un double attentat suicide ayant fait trois morts et 33 blessés à Kampala en novembre. Deux autres attaques à la bombe avaient été attribuées à l’ADF trois semaines plus tôt. Le Rwanda avait affirmé en octobre dernier avoir arrêté 13 membres ADF qui préparaient des attentats dans le pays.

Les ADF sont à l’origine des rebelles ougandais opposés au régime du président Yoweri Museveni. Ils sont installés depuis 1995 dans l'est congolais, où ils ont fait souche en recrutant des locaux, des réfugiés et des expatriés.

Depuis avril 2019, certaines de leurs attaques sont revendiquées par Daech qui désigne l’ADF comme sa "Province d'Afrique centrale".

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın