Afrique

Gérald Darmanin : "l’Islam est une religion de tolérance, mais il faut lutter contre l’extrémisme"

- Lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue tunisien au cours de laquelle le phénomène de la migration irrégulière a été abordé

Hend Abdessamad   | 07.11.2020
Gérald Darmanin : "l’Islam est une religion de tolérance, mais il faut lutter contre l’extrémisme" ( Yassine Gaidi - Anadolu Ajansı )

Tunisia

AA/ Tunis

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré que « l’Islam est une religion de tolérance mais il faut lutter contre l’idéologie extrémiste », dans le contexte de l’attentat perpétré à Nice, au sud de la France.

C'est ce qui ressort d’une conférence de presse conjointe, tenue vendredi, avec son homologue tunisien Taoufik Charfeddine, au siège du ministère tunisien de l’intérieur, à Tunis.

Darmanin a souligné « la nécessité de lutter contre le terrorisme en collaboration avec la Tunisie, et de coopérer pour limiter la migration irrégulière sur les côtes de la mer Méditerranée.

Lors de cette conférence Taoufik Charfeddine a affirmé que « la Tunisie et la France font face aux dangers et aux menaces en méditerranée et notamment le terrorisme ».

Le ministre tunisien a mis l'accent sur la nécessité « de la lutte contre le terrorisme qui n’a ni religion ni nationalité …et l’Islam est une religion de tolérance appelant à la modération et la coexistence pacifique entre tous les peuples ».

Le ministre tunisien de l’Intérieur a affirmé quant à la migration irrégulière qu’il « accueillera toujours les Tunisiens dans leur pays selon la loi...nous sommes prêts à recevoir tout Tunisien, sous condition que le rapatriement se déroule dans des conditions qui respectent leur dignité ».

En appelant à la « nécessité de permettre à tout Tunisien expulsé de préserver et d’exercer tous ses droits et user de tous les recours légaux avant la décision d’expulsion».

Plus tôt dans la journée du vendredi, le président tunisien, Kais Saied a reçu Gérald Darmanin qui est en visite officielle en Tunisie pour une durée de deux jours.

L’attaque terroriste survenue le 29 octobre dernier à l’église Notre-Dame de la ville de Nice, au sud de la France, a entrainé la mort de 3 personnes, tandis que la police a annoncé l’arrestation de l’assaillant, un ressortissant tunisien dénommé Ibrahim Aouissaoui (21 ans).

Cette attaque a été perpétrée quelques jours après la publication des médias français de caricatures offensantes envers le Saint Prophète et leur affichage sur les façades des bâtiments publics, ce qui a provoqué une vague de colère à travers les pays de confession musulmane.

Le 21 octobre dernier, le président français, Emmanuel Macron, avait déclaré que Paris ne renoncera pas aux caricatures, ce qui a intensifié la colère à travers le monde musulman, des appels de boycott des produits français ont été lancés dans certains pays.


*Traduit de l'Arabe par Hend Abdessamad.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.