Afrique

Erdogan : Le seigneur de guerre libyen Haftar est un "mercenaire"

Le président turc a déclaré que le général libyen à la retraite cherchant à renverser le gouvernement reconnu par l'ONU, Haftar, est un «soldat rémunéré» par des acteurs régionaux.

Mona Saanounı   | 28.01.2020
Erdogan : Le seigneur de guerre libyen Haftar est un "mercenaire"

Ankara

AA/Ankara

Le président turc a rappelé mardi que le seigneur de guerre libyen Khalifa Haftar n'avait aucune reconnaissance officielle, "ni dans ce pays las de la guerre", faisant référence à la Libye, "ni dans la communauté internationale".

"Haftar est un mercenaire, un soldat rémunéré", a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse tenue mardi au Sénégal avec son homologue Macky Sall.

Il a ajouté que Haftar s'était réfugié aux États-Unis dans les années 1990 après sa trahison de l'ancien président libyen, Mouammar Kadhafi.

Erdogan a souligné que le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'entente nationale, Fayez al-Sarraj, reconnu par l'ONU et par le Conseil de sécurité de l'ONU ne devrait pas être placé au même niveau avec le seigneur de guerre Haftar, qui n'a aucune légitimité.

"Haftar prend des initiatives militaires avec le soutien financier des Émirats Arabes Unis et de l'Égypte", a ajouté Erdogan, déplorant la situation humanitaire en Libye.

Le président turc a également rappelé que Khalifa Haftar n'avait pas cherché à parvenir à un accord politique pour mettre fin à la guerre en Libye et qu'il continuait de bénéficier du soutien des "mercenaires russes" du groupe Wagner.

Erdogan a exprimé sa conviction que les allégations selon lesquelles la crise en Libye serait rapidement résolue sont erronées, décriant le fait que Haftar n'ait même pas assisté aux discussions de paix tenues par des acteurs régionaux et internationaux à Tunis, à Moscou et à Berlin, où il "s'est caché dans une chambre d'hôtel", a noté Erdogan.

"Il serait préférable que la crise en Libye évolue vers un processus politique plutôt que militaire et que les Libyens déterminent leur propre avenir", a poursuivi le président turc.

Depuis avril 2019, l'offensive militaire de Haftar contre le gouvernement libyen légitime pour la prise de contrôle de la capitale Tripoli a coûté la vie à plus de 1 000 personnes.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın