Afrique

Covid-19 : L’ONU réitère son appel à arrêter les combats en Libye

Mona Saanouni   | 15.05.2020
Covid-19 : L’ONU réitère son appel à arrêter les combats en Libye

New York

AA / New York / Tarek Mohamed

L’Organisation des Nations Unies a réitéré, jeudi, son appel à la nécessité à mettre fin aux combats et aux hostilités en Libye, afin de lutter contre la propagation de la pandémie de la Covid-19.

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse animée en vidéoconférence, par Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, au siège de l’organisation à Ne York.

« Les combats se poursuivent (dans la capitale libyenne) Tripoli et ses banlieues, en dépit des appels à répétition lancés pour stopper les combats et les hostilités, afin de permettre aux autorités nationales (le gouvernement) de focaliser l’attention sur les efforts de lutte contre la pandémie de la Covid-19 », a dit Dujarric.

« Des informations ont circulé aujourd’hui au sujet des tirs de missiles à Tripoli, ce qui a fait des victimes parmi les civils, de même que des combats se sont produits à proximité de l’hôpital central de Tripoli », a-t-il ajouté.

Et le porte-parole de poursuivre : « Nos partenaires dans le domaine humanitaire indiquent que pour que la Libye ait une chance pour faire face à la pandémie de la Covid-19, il faut cesser les combats immédiatement ».

Dujarric a renouvelé l’appel lancé par les Nations Unies à l’adresse de « l’ensemble des protagonistes (le gouvernement et les milices de Khalifa Haftar) à n’épargner aucun effort pour honorer leurs engagements et à assumer leurs responsabilités en matière de protection des civils, conformément au droit international humanitaire (DIH) et aux principes humanitaires ».

En dépit des grands défis, a-t-il relevé, les partenaires dans le domaine humanitaire continuent à apporter l’aide urgente aux personnes nécessiteuses ».

Et Dujarric de poursuivre : « Bien que les donateurs aient été généreux, il n’en demeure pas moins que le besoin est impérieux à augmenter les financements afin d’assurer l’exécution des programmes humanitaires. Jusqu’à date, le plan d’intervention humanitaire en Libue a été financé à hauteur de 14% seulement, bien que cela nécessite un total de 130 millions de dollars ».

Jusqu’au jeudi, la Libye déplore 3 décès liés à la Covid-18 sur 64 contaminations confirmées et a enregistré 28 guérisons, selon des sources gouvernementales.

Les milices du général putschiste, Khalifa Haftar, disputent au gouvernement, internationalement reconnu, le pouvoir et la légitimité dans ce pays riche en pétrole. Les milices de Haftar poursuivent leur attaque lancée depuis le 4 avril 2019 dans le but affiché de prendre le contrôle de la capitale Tripoli, où est établi le gouvernement légitime.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın