Afrique

Conflit sahraoui: Staffan de Mistura achève sa visite dans la région avec l'espoir de "relancer le processus politique"

Ekip   | 20.01.2022
Conflit sahraoui: Staffan de Mistura achève sa visite dans la région avec l'espoir de "relancer le processus politique"

Algeria

AA/Alger/Aksil Ouali

L'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara Occidental, Staffan de Mistura a achevé, ce mercredi, sa première visite dans la région, entamée depuis le 12 janvier dernier.

Pour la dernière étape de son périple, l'émissaire onusien a atterri à Alger où il s'est entretenu avec l'envoyé spécial chargé de la question du Sahara Occidental et des pays du Maghreb, Amar Belani, selon un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères.

Staffan de Mistura a présenté, au cours de cet entretien, "les contours de son mandat visant à relancer le processus politique", qui se trouve dans l'impasse depuis plusieurs années, a indiqué la même source.

Le responsable algérien "a rappelé, de son côté, le contexte de guerre dans lequel se déroule la mission de l’envoyé spécial suite à la rupture du cessez-le-feu (...) depuis le 13 novembre 2020".

Amar Belani, a, en outre, " mis l'accent sur la position de principe de l’Algérie, aussi bien sur la question de fond que sur les aspects liés au format", précise le communiqué ajoutant que le responsable algérien a insisté sur la nécessité "d'engager, lorsque les conditions seront réunies, des négociations directes, de bonne foi et surtout sans conditions préalables entre les deux parties au conflit, c’est à dire le Front Polisario et le Royaume du Maroc".

L'Algérie demande aussi "la réactivation et la revitalisation du plan de règlement conjoint de 1991 (ONU-OUA), en tant que seul accord accepté par les deux parties au conflit et endossé, à deux reprises, par le Conseil de Sécurité".

Alger estime, selon le même communiqué, que "quels que soient les processus envisagés, il faut prendre en compte l'impératif incontournable du libre exercice par le peuple sahraoui de son droit imprescriptible à l'autodétermination".

Le diplomate italo-suédois, nommé en octobre 2021 comme envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, s'était rendu, le 12 et 13 janvier en cours, au Maroc où il s'est entretenu avec des responsables du pays, dont le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Ce dernier, selon les comptes rendus de la presse locale, "a réaffirmé à l’occasion que la position du royaume demeure la même sur la question du Sahara occidental à l’issue de l'entretien". Le Maroc, rappelons-le, réclame "des négociations autour de son plan d'autonomie du Sahara".

Le périple de Staffan de Mistura l'a conduit, samedi 15 janvier, au camp des réfugiés Sahraoui de Tindouf, au sud-ouest algérien, où il est resté deux jours. Sur place, le représentant de l'ONU s'est entretenu avec plusieurs responsables du Front Polisario, dont son président Ibrahim Ghali. Ces derniers ont exprimé à l'envoyé spécial de l'Instance onusienne leur "attachement à l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui".

L'avant dernière étape de cette visite l'a conduit à Nouakchott, en Mauritanie où il rencontré les responsables locaux.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.