Afrique

Cameroun/Crise anglophone: HRW exige une justice équitable pour quatre condamnés à mort

Nadia Chahed   | 22.10.2021
Cameroun/Crise anglophone: HRW exige une justice équitable pour quatre condamnés à mort

Cameroon

AA/Cameroun/Peter Kum

L'Organisation de défense des droits de l'homme Human Right Watch (HRW) a dénoncé la condamnation à mort par la justice camerounaise de quatre individus dans un procès "marqué par des vices de procédure".

Le tribunal militaire de Buea a condamné à mort quatre individus pour une attaque menée le 24 octobre 2020 contre une école à Kumba, dans la région du Sud-Ouest où sept élèves avaient trouvé la mort, a indiqué, vendredi, HRW.

Le jugement a été prononcé le 7 Septembre 2021 et le procès a démarré depuis décembre 2020, précise l'ONG.

Le même tribunal a condamné quatre autres accusés à cinq mois de prison et à une amende d’environ 89 dollars américains pour avoir prétendument omis de signaler la menace qu’ils avaient reçu des combattants séparatistes. Quatre autres ont été acquittés, selon la même source.

« Outre le recours à un tribunal militaire pour juger des civils, le procès a été entaché de graves irrégularités de procédure telles que la violation des droits des accusés à contester les preuves à charge et à présenter des preuves pour leur propre défense », a déploré l’ONG.

« Les victimes du massacre de Kumba ont le droit de s’attendre à une véritable enquête et à ce que les responsables soient traduits en justice dans le cadre d’un procès équitable », a déclaré Ilaria Allegrozzi, chercheuse senior sur l’Afrique centrale à Human Rights Watch citée dans le communiqué.

« Mais au lieu de cela, les autorités camerounaises semblent avoir imposé un simulacre de procès devant une juridiction militaire, avec un résultat prédéterminé, et aboutissant à un verdict de peine capitale, qui est pourtant illégale en vertu du droit international des droits humains », a-t-elle ajouté.

« Si les autorités ont l’intention de rendre justice pour ce crime odieux commis contre des enfants, elles doivent lancer des poursuites crédibles devant les juridictions civiles et établir les responsabilités conformément aux normes internationales de procès équitable », a conclu la chercheuse de HRW.

Les personnes condamnées à mort étaient jugées pour le massacre présumé d’au moins sept élèves et 13 autres blessés lors d’une fusillade dans une école à Kumba dans la région du Sud-Ouest.

Après le drame, plusieurs personnes avaient été immédiatement arrêtées, soupçonnées d’avoir participé au massacre, notamment le propriétaire de l’école.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın