Afrique

Burundi : Amnesty appelle à la libération de l’activiste Germain Rukuki

Le militant des droits de l’homme purge une peine de 32 ans de prison

Fatma Bendhaou   | 21.11.2020
Burundi : Amnesty appelle à la libération de l’activiste Germain Rukuki

Tunisia


AA/ Tunis

Amnesty International a appelé à la libération de Germain Rukuki, militant des droits de l’homme au Burundi, arrêté depuis juillet 2017.

Lors du lancement de sa campagne « 10 jours pour signer », l’ONG de défense des droits de l’homme, est revenue sur le cas Rukuki, militant pour l’abolition de la torture qui avait été arrêté à Bujumbura par des agents du Service des renseignements burundais.

« Germain Rukuki travaillait pour une organisation de défense des droits humains qui s’appelle ACAT-Burundi, une association chrétienne contre la torture. L’ACAT s’était opposée au troisième mandat du président Kurunziza », a déclaré Rachel Nicholson, chercheuse à Amnesty International, au micro de Radio France Internationale (RFI).

Et d’ajouter : « Il semble donc que le gouvernement voulait montrer que cette manière de critiquer le gouvernement et de défendre les droits humains n’était pas acceptable (...) Il est donc en prison. Il a été condamné sur des accusations injustes, infondées. Evidemment, à Amnesty International, nous appelons à sa libération immédiate et sans conditions ».

Germain Rukuki purge une peine de 32 ans de prison après avoir été déclaré coupable de « rébellion », d’«atteinte à la sûreté de l’État », de « participation à un mouvement insurrectionnel » et « d’atteinte à l’autorité de l’État ».

Sa condamnation a été dénoncée par plusieurs associations et organisations des droits de l’homme.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın