Afrique

Burkina Faso : une quinzaine de terroristes neutralisés dans une opération conjointe Barkhane-Armée

Nadia Chahed   | 07.01.2022
Burkina Faso : une quinzaine de terroristes neutralisés dans une opération conjointe Barkhane-Armée

Burkina Faso

AA / Ouagadougou / Dramane Traoré

Une quinzaine de terroristes présumés ont été "neutralisés" le 28 décembre dernier, lors d’une opération conjointe menée par La Force française Barkhane et l’armée burkinabè au sud de la localité d’Hombori, située au Nord du Burkina-Faso, à proximité de la frontière malienne, a annoncé l’armée française dans un communiqué publié, jeudi soir.

Selon la même source, l’opération a visé un groupe armé terroriste (GAT) appartenant au "Rassemblement pour la victoire de l’Islam et des musulmans (RVIM)" et a permis d’éviter une action hostile contre les forces burkinabè ou la population.

Le groupe terroriste a été dans un premier temps, détecté au sud de la localité d’Hombori le 26 décembre, se déplaçant à moto vers la frontière entre le Mali et le Burkina.

Suivi et caractérisé par les moyens de la force, l’opération a été lancée le 28 décembre alors que le groupe était parvenu au Burkina Faso et se situait à une vingtaine de kilomètres de Baraboulé, selon la même source qui précise qu’"une frappe aérienne conduite par un drone Reaper, puis un appui fourni par une patrouille d’hélicoptères de reconnaisse et d’attaque Tigre et par une patrouille d’avions de chasse ont permis de neutraliser les terroristes".

Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d’attaques terroristes dans plusieurs de ses régions ayant de plusieurs victimes.

Le pays compte à ce jour, 1 501 775 personnes déplacées internes dont 61,48% d’enfants, 22,39% de femmes et 16,13% d’hommes, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha).

Les provinces de la région sahélienne du pays dont le Sanmatenga, le Soum, le Bam, le Seno et le Namentenga sont les principales zones d'origine des personnes déplacées.

L’insécurité a également occasionné la fermeture de 3 280 établissements scolaires soit 13,09% des structures éducatives du pays, privant du droit à l’éducation 511 221 enfants.

L’état d'urgence est décrété dans 14 des 45 provinces que compte le pays, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın