Afrique

Burkina Faso : Fermeture des sites miniers artisanaux dans le Sahel après une série d'attaques

- A partir de ce lundi, jusqu'à nouvel ordre

Fatma Bendhaou   | 07.06.2021
Burkina Faso : Fermeture des sites miniers artisanaux dans le Sahel après une série d'attaques Photo d'archives

Burkina Faso


AA / Ouagadougou / Dramane Traoré

Le gouverneur du Sahel au Burkina Faso a annoncé, lundi, la fermeture des sites miniers artisanaux dans cette région après une série d'attaques menée entre vendredi et samedi avec un bilan provisoire de 147 morts, a-t-on appris de sources officielles.
En plus de la fermeture de tous les sites aurifères artisanaux de la région du Sahel, le gouverneur, le colonel-major Salfo Kaboré, a annoncé dans son communiqué la suspension de toutes les activités liées à l'exploitation de l'or sur ces sites.
Le communiqué souligne que la mesure prend effet ce lundi, et ce jusqu'à nouvel ordre, tout en invitant les acteurs miniers à déguerpir les lieux. Dans un autre communiqué, le gouverneur a interdit la circulation des engins à deux et à trois roues sur une partie de la région, notamment dans les provinces de l’Oudalan et du Yagha.
Une série d’attaques meurtrières est survenue entre vendredi et samedi, dans le Sahel, faisant 147 morts, dont 132 dans le seul village de Solhan sur un site minier artisanal selon le gouverneur de la région qui prévient que le bilan pourrait s’alourdir.
En janvier les sites miniers artisanaux avaient été fermés dans cette région suite à une série d’attaques terroristes.
Depuis 2009, l’or est devenu le premier produit d’exportation du Burkina Faso, devançant le coton et classant le pays parmi les plus grands producteurs d’or d’Afrique à côté de l'Afrique du Sud, du Ghana et du Mali.
En 2020, le pays a produit 60 tonnes d’or, contre 50 tonnes en 2019, soit une augmentation de 20%, selon le ministère en charge des Mines et des carrières.
Cependant, avec l’avènement du terrorisme, en 2015, l’activité minière a quelques fois été perturbée par des attaques de convois et des prises d'otages.
On dénombre plus de 200 sites miniers artisanaux à travers le pays employant près de 2 millions de personnes, qui sont également de plus en plus convoités par les groupes terroristes pour le financement de leurs activités, affirme un rapport de l’Observatoire économique et social du Burkina Faso, publié en septembre 2020.
Le rapport indique que depuis 2016, les attaques contre les sites d’orpaillage ont permis aux groupes terroristes d’avoir accès aux explosifs et à l’or et de récolter plus de 70 milliards de francs CFA (130 millions de dollars).
A l’instar de ses voisins de la région du Sahel, notamment le Mali et le Niger, le Burkina Faso est confronté depuis 2015, à une insécurité croissante nécessitant une assistance humanitaire importante.
Fin mars, plus de 1,1 million de personnes étaient déplacées à l’intérieur du pays, selon les données du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın