Sante, Afrique

Burkina/Covid-19 : Le Réseau anti-corruption réclame "une gestion transparente" des ressources

-La propagation de la pandémie a déclenché un élan de solidarité de la part des entreprises publiques et privées, des partis politiques et des acteurs de la société civile.

Nadia Chahed   | 08.04.2020
Burkina/Covid-19 : Le Réseau anti-corruption réclame "une gestion transparente" des ressources

Tunis

AA/Tunis

Au Burkina Faso, le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a appelé mardi, le gouvernement "à prendre les dispositions nécessaires pour une gestion transparente des ressources mobilisées", dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Cet appel a été fait dans une déclaration du REN-LAC rendue publique mardi et relayée par les médias dont l'Agence d'information du Burkina (AIB).

Le Réseau national de lutte anti-corruption y invite "le gouvernement à prendre les dispositions nécessaires pour une gestion transparente des ressources mobilisées et à rendre accessibles les informations sur tous les dons collectés et leur utilisation pour un suivi-citoyen".

A la date du 06 avril, le Burkina Faso comptait quelque 384 cas de Coronavirus dont 127 guéris et 19 décédés.

La propagation de la pandémie a déclenché un élan de solidarité de la part des entreprises publiques et privées, des partis politiques et des acteurs de la société civile.

Le secrétaire exécutif du REN-LAC Sagado Nacanabo a invité les institutions de contrôle de l’État "à jouer leur rôle pour la bonne utilisation des fonds collectés".

Le Réseau regrette par ailleurs, que la pandémie de la COVID-19 soit l’occasion pour "certains donateurs de distribuer par ci par là, devant les objectifs de caméras et d’appareils photos, des dons à des acteurs spécifiques", faits qui "mettent en exergue une carence de gouvernance", a-t-il estimé.

"Il appartient au gouvernement de mettre en place un dispositif institutionnel opérationnel et transparent, en dehors de tout calcul partisan et électoral, pour permettre aux populations vulnérables de bénéficier de l’assistance appropriée", a noté à ce propos, Sagado Nacanabo.

Nacanabo estime, en outre, que "les mesures économiques et sociales adoptées, sans concertation préalable avec les forces sociales, peuvent être compromises dans leur mise en œuvre et ne profiter qu’à une catégorie d’individus".

Selon l'AIB, le président du REN-LAC fait allusion aux 394 milliards de FCFA de mesures sociales annoncées le 02 avril lors d’une adresse à la Nation par le président du Faso Roch Kaboré pour limiter les effet de la pandémie.

Le REN-LAC créé en 1997 par une vingtaine d’organisations de la société civile burkinabè, produit annuellement un rapport très attendu sur l’état de la corruption au Burkina.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın