Afrique

Algérie : les enseignants entrent en grève cyclique de deux jours par semaine dès le 2 novembre

- La grève a été décidée par le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (CNAPESTE), un puissant syndicat de l’éducation en Algérie.

Lassaad Ben Ahmed   | 18.10.2021
Algérie : les enseignants entrent en grève cyclique de deux jours par semaine dès le 2 novembre

Algeria

AA / Algérie / Aksil Ouali

Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (CNAPESTE), un puissant syndicat de l’éducation en Algérie, a décidé d’enclencher une grève à partir du 2 novembre prochain.

La décision a été prise par le conseil national du syndicat, une instance délibérante, à l’issue de sa réunion tenue lundi, dans la wilaya (préfecture) de Boumerdes, 50 Km à l’est de la capitale Alger.

Cette action, explique le syndicat, dans un communiqué rendu public, aura lieu, le 2 et 3 novembre prochain et « elle sera renouvelée chaque semaine ».

Selon le CNAPESTE, le corps enseignant se plaint, depuis des années, « d’une baisse du pouvoir d’achat, en raison de la hausse des prix et de la stagnation des salaires qui n’ont pas évolué depuis 2010, date de la dernière révision du régime indemnitaire des fonctionnaires de l’éducation ».

« C’est un constat amer établi dans les différents rapports soumis aux travaux du conseil national. Le secteur est malade. Les pouvoirs publics doivent réagir à cette situation qui n’a que trop duré. Il est nécessaire de mettre l’enseignant dans des conditions financières et sociales à la hauteur de son statut», réclame le syndicat.

Mettant en garde contre toute atteinte aux acquis des enseignants, le CNAPESTE demande également « l’ouverture de nouveaux postes budgétaires en vue d’alléger la charge qui pèse sur les enseignants, contraints d’assumer des horaires supplémentaires ». Ainsi le secteur de l’éducation national, avec ses trois paliers (primaire, moyen et secondaire), risque de connaître une sérieuse perturbation.

Pour rappel, le secteur de l’éducation nationale compte, selon des chiffres officiels, 9,2 millions d’élèves. Ils sont pris en charge par 478 985 enseignants, répartis sur les trois paliers de l’éducation.

Malgré l’absence de chiffres sur le nombre d’enseignants membres des huit syndicats du secteur, le CNAPESTE, reconnu officiellement en 2005, arrive toujours à fédérer un maximum d’enseignants qui adhèrent à ses mouvements de protestations.

L’un des plus longs mouvements de grève organisé par ce syndicat, a eu lieu en 2014 et il a duré plus de trois mois.

Mais, à l’époque, trois autres syndicats, en l’occurrence le SNAPEST (syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique), l’UNPEF (Union national du personnel de l'éducation et de la formation) ainsi que le SATEF (Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de formation), se sont associés à cette action.

Cette dernière a causé un important retard dans la réalisation du programme d’enseignement prévu pour l’année scolaire en question, obligeant le ministère de l’éducation à programmer des heures de rattrapage, notamment pour les élèves concernés par les examens du baccalauréat.

Face à la baisse du pouvoir d’achat de l’ensemble des catégories sociales, le gouvernement algérien a décidé, au début du mois en cours, de réduire l’impôt sur le revenu global (IRG) et d’augmenter l’indice de calcul des salaires des fonctionnaires.

Ces mesures devraient être applicables à partir du mois de janvier 2022.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın