Afrique

Afrique : Des enfants déscolarisés du fait de la Covid-19 et des conflits armés

- L'ONG "Save the Children" exhorte les gouvernements à faire davantage pour que les écoles offrent des conditions propices aux études

Ekip   | 16.06.2021
Afrique : Des enfants déscolarisés du fait de la Covid-19 et des conflits armés

Ankara

AA / Ankara

De nombreux enfants sont privés d'accès à l'éducation sur le continent africain en raison de la pandémie de Covid-19 et des conflits armés en cours, a déclaré l'ONG "Save the Children", mercredi.

Ces enfants "envoient un message clair et urgent aux gouvernements et aux bailleurs de fonds : Sauvez notre éducation et sécurisez les écoles", explique le groupe mondial de défense des droits dans un communiqué.

"Save the Children" a lancé une campagne baptisée "100 jours d'action" au moment où l'Afrique célèbre la Journée de l'enfant africain et le 30e anniversaire de la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant (ACRWC).

"Avant même les fermetures d'écoles liées à la crise de la Covid-19, des millions d'enfants dans les pays africains affectés par la crise et les conflits étaient privés d'éducation. Les enfants d'Afrique subsaharienne ont perdu, en moyenne, 69 jours d'éducation en raison de la fermeture des écoles et du manque d'accès à l'enseignement à distance", a déclaré "Save the Children".

Yakob, 16 ans, originaire d'Éthiopie, a été cité déclarant : " La Covid-19 m'a affectée de nombreuses façons. Mais le principal problème que j'ai rencontré pendant la fermeture de l'école à cause de la pandémie était la dépression. Vous ne pouvez pas voir vos amis, aller à l'école. Le fait d'être cloîtrée à la maison était vraiment dur pour moi".

Une autre fille, Fatima, 15 ans, qui est membre du parlement des enfants au Mali, a déclaré : "Les autorités, les décideurs et les bailleurs de fonds doivent, dans un premier temps, déterminer ce qui manque réellement dans les écoles, puis prévoir un budget qui puisse couvrir les besoins."

"L'éducation des enfants dans les zones de conflit est désastreuse. Imaginez un enfant qui se rend à l'école et qui la voit en feu ! Il ne voudra bien sûr pas y retourner, il pensera que ce n'est pas un endroit sûr. Et malheureusement, cela existe dans notre pays", a-t-elle ajouté.

En Somalie, où plus de 3 millions d'enfants ne sont pas scolarisés pour des raisons telles que les conflits et les crises liées au changement climatique, Farhiya, 16 ans, a affirmé : "Quand je serai grande, je veux être médecin, mais j'ai peur de ne pas terminer mes études à cause de la fermeture des écoles et de la pandémie".

"J'ai vu des enfants abandonner l'école parce qu'ils ont perdu leur source de revenus et que leur famille ne peut pas payer leurs frais de scolarité, ou parce que les filles se sont mariées pendant la fermeture des écoles", a-t-elle ajouté.

Eric Hazard, directeur Afrique de "Save the Children", a déclaré : "Tout en félicitant l'Union africaine pour les progrès accomplis dans la concrétisation des objectifs de l'ACRWC, et en sachant que les gouvernements doivent encore faire face à la crise sanitaire, nous avons besoin que l'éducation figure en tête de leur programme pour un monde post COVID. Avant la Covid-19, les budgets de l'éducation dans la région étaient en baisse, et nous pensons que les gouvernements ne doivent pas réduire davantage la priorité accordée à l'éducation lorsqu'ils doivent faire des choix difficiles."


*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.