Afrique

Cameroun: Et si l'on se mettait aux frigos solaires ?

Esma Ben Said   | 16.05.2018
 Cameroun: Et si l'on se mettait aux frigos solaires ?

Cameroon

AA/Cameroun/Aurore Bonny

Et si pour protéger l'environnement et pallier aux coupures d'électricité rendant difficile la conservation de médicaments et de vivres, on utilisait un réfrigérateur alimenté en énergie solaire ?

C'est l'idée développée récemment par un groupe de sept ingénieurs camerounais.

« Il s’agit d’un freezer fait en matériaux locaux. Il est constitué de deux parties. La première permet de capter et concentrer les rayons solaires. La seconde est un bahut permettant de conserver une température fraiche. Il faut en moyenne 4 heures de désorption, pour une autonomie en froid de 24 heures. En fonction du type de produit à conserver et la température désirée, il est possible de déterminer la taille du champ solaire à exploiter et la masse d’absorption nécessaire » explique Triomphant Tchulang, l’un des ingénieurs à Anadolu.

« La durée de vie de ce conservateur écologique peut excéder un siècle car il est assez robuste et ses matériaux de fabrication s’usent difficilement » ajoute-t-il non sans fierté.

D'après l'ingénieur, « ce frigo solaire est utilisable dans tous les domaines nécessitant un frigo. Cependant les températures ici restent positives et ne vont pas en dessous de 0° Celsius. Le prototype actuel arrive déjà à atteindre les 4° et est en cours d’amélioration ».

  1. Objectifs écologiques, sociaux et lucratifs

Le développement de cette novation ne résulte pas d’un hasard. Il ambitionne de répondre à un nombre de problèmes importants auxquels font face les Camerounais, principalement ceux de la zone septentrionale où l'accès à l'énergie électrique est particulièrement difficile.

« De nombreuses populations nordiques accèdent difficilement aux soins comme certains vaccins. Les agriculteurs ont besoin de mieux conserver leurs aliments et la température élevée du Nord du pays constitue un frein à cela. Les factures d’électricité sont élevées et les coupures de courant sont intempestives. Nous voulons solutionner ces difficultés en remplissant le besoin en froid par des sources autonomes inépuisables comme les rayons solaires » rapporte Michel Takodjou Nguemto, chef de projet au sein de ce groupe d’ingénieurs.

Le jeune entrepreneur a également évoqué le respect de l’environnement comme motivation.

En effet, le jeune groupe veut « contribuer à la protection de l’environnement ».

Par ailleurs, poursuivent les promoteurs, les soldats camerounais figurent parmi de potentiels clients de choix. En effet, le frigo solaire pourrait servir dans les camps militaires très souvent éloignés des réseaux électriques. En dehors d’y conserver les aliments les soldats pourraient y conserver les produits pharmaceutiques nécessaires à leurs soins médicaux.

  1. Financement déficitaire

Cependant, ce projet ambitieux peine à décoller en raison d'un manque de financement. La somme de 320 000 FCFA soit environs 586 dollars US a déjà permis de monter le premier prototype. Mais poursuivre son optimisation et fabriquer plusieurs modèles, demandent des ressources plus importantes.

En attendant d’y parvenir, ils continuent d’expérimenter et d’améliorer le premier frigo dans la zone de l’extrême-Nord du pays. Une zone à forte concentration solaire. Il y est continuellement mis à jour. Seule l’absence de financement les empêche d’évoluer à leur guise et d'en faire un produit fini à mettre sur le marché. De ce fait, il n’est pas encore commercialisé. Mais ses promoteurs disent prévoir d'élaborer des prix de vente ouverts à toutes les bourses.

Et pourtant lors de sa présentation aux autorités nationales en 2012, le frigo solaire avait récolté des échos des plus favorables. Il avait notamment suscité l’enthousiasme des populations mais surtout l’intérêt du Ministère camerounais de la Jeunesse. Lequel n’a pas hésité à promettre un accompagnement financier aux jeunes ingénieurs. Un intérêt exprimé mais toujours pas manifesté.

« Lors de la présentation de ce frigo, le 10 février 2017, le ministère camerounais de la jeunesse avait promis de nous accompagner. Mais jusqu’à présent aucun soutien. Ce fut une déception qui nous a presque découragé et ralenti. Nous avons plusieurs fois relancé le gouvernement en vain » a confié Triomphant Tchulang à Anadolu.

En attendant,lui et son équipe, comptent actuellement sur leurs emplois respectifs d'ingénieurs pour atteindre leurs objectifs.

Pour Triomphant, ce projet est aussi une belle occasion pour le continent africain de s’affirmer.

« L’Afrique aura besoin de beaucoup de temps pour atteindre son autonomie en énergie électrique. D’ici là nous voulons prouver que des alternatives peuvent être trouvées car l’Afrique ne manque pas de génie » a-t-il déclaré à Anadolu.

Tout en étant convaincu qu’ « il est possible d’utiliser tout ce qu’il y’a autour de soi pour réaliser des merveilles, impressionnantes pouvant desservir les populations ».


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın