Économie

Tunisie: Le FMI optimiste, la Banque centrale appelle les opérateurs à changer de comportement

Esma Ben Said   | 11.07.2018
Tunisie: Le FMI optimiste, la Banque centrale appelle les opérateurs à changer de comportement

Tunisia

AA / Tunis / Lassaad Ben Ahmed

Le Fonds monétaire internationale a exprimé son optimisme quant au redressement de l'économie tunisienne, à l'occasion d'une conférence de presse, conjointement animée mercredi, par Bjoern Rother, chef de la mission du FMI et Marouane El-Abassi, gouverneur de la Banque centrale de la Tunisie.

"La Tunisie a commencé à laisser derrière la période difficile qu'elle a connue depuis 2015. Maintenant la croissance est de retour, grâce à la reprise de la production industrielle et agricole", a expliqué Rother.

Le responsable du FMI a également exprimé sa satisfaction quant aux réformes engagées par la Tunisie, évoquant "une amélioration de la politique économique et monétaire", ce qui s'est traduit par une amélioration du déficit budgétaire et commercial.

A ce propos, Marouane El-Abassi a exposé les mesures prises en 2018 pour rétablir les équilibres macroéconomiques.

Il a notamment cité l'augmentation à deux reprises du taux directeur de la Banque centrale pour l'élever à 6.75% actuellement. Une mesure, a-t-il expliqué, incontournable pour freiner l'inflation qui a atteint 7.7% en mai dernier.

Critiqué sur ce point, aussi bien par les journalistes que par certains économistes, El-Abassi a indiqué que les effets de ces mesures seront palpables dans quatre à cinq trimestres.

En termes plus simples, il a affirmé que l'augmentation du taux d'intérêt rend l'accès à l'argent plus difficile et plus cher et vise à mieux maîtriser la consommation.

"Nous sommes un pays qui n'a pas beaucoup de moyens. En temps de crise nous devons changer de comportement et vivre selon nos moyens", a-t-il expliqué. "Or, sommes nous en train de changer de comportement?", s'est-il interrogé.

A propos de l'inflation, qu'il a considéré comme le défi numéro 1, le Gouverneur de la BCT a affirmé qu'elle devrait encore augmenter pour s'établir à 8 ou 8,2% sur l'année. Il a insisté, ainsi sur la nécessité de revenir à une consommation rationnelle.

Il a également appelé les autres opérateurs économiques à assumer, chacun, sa part de responsabilité. Il a noté au passage, que les réformes vont continuer pour ramener l'informel au formel, en allusion à l'économie parallèle, dont la responsabilité ne revient pas uniquement aux autorités, mais aussi aux producteurs, aux commerçants et aux consommateurs.

Il a, en outre, annoncé que de nouvelles mesures seront prises dans la loi de finances 2019, pour mieux contrôler les flux financiers et les transactions commerciales.

La conférence de presse donnée mercredi à la Banque centrale intervient au lendemain du déblocage par le FMI d'une troisième tranche d'un crédit accordé par l'instance depuis mai 2016.

Cette tranche s'élève à 249,1 millions de dollars, ce qui porte la somme des décaissements à 1,1 milliard de dollars (trois trnaches), d'un total de 2,9 millions.

Bien entendu, ces décaissements dépendent de l'avancement dans les réformes convenues, ce qui est largement critiqué en Tunisie, surtout que cela a généré une baisse spectaculaire du pouvoir d'achat.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın