Politique

Migration: Alger rejette les Assertions d'un Rapporteur onusien

-Le Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme sur les droits des migrants, Felipe Gonzalez Morales, a récemment dénoncé les méthodes utilisées par Alger dans l'expulsion des migrants "africains".

Nadia Chahed   | 11.10.2018
Migration: Alger rejette les Assertions d'un Rapporteur onusien

Tunis

AA/Tunis

Le gouvernement algérien a rejeté "les assertions" du Rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l’homme, Felipe Gonzalez Morales, qui avait récemment critiqué les méthodes employées par l'Alger en matière d'expulsion des migrants "africains".

"Le gouvernement algérien a pris connaissance avec étonnement du contenu de la conférence de presse de M. Felipe Gonzalez Morales, Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme sur les droits des migrants au terme de sa visite au Niger", a indiqué le ministère des Affaires étrangères (MAE) dans un communiqué, cité par l'Agence de presse algérienne.

Le gouvernement algérien "rejette globalement et dans le détail les assertions de ce dernier qui non seulement outrepasse les limites de son mandat mais prend pour vérités, les allégations des personnes reconduites à la frontière pour séjour illégal", note le même communiqué.

Le MAE indique, en outre, que "le gouvernement algérien a sollicité des explications du représentant de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) dont le bureau au Niger a changé de vocation pour devenir un vecteur de propagande alimentant et entretenant depuis des mois une campagne de désinformation contre l’Algérie".

Soulignant que "les opérations de reconduite aux frontières des migrants illégaux vont se poursuivre", le gouvernement précise qu'elles "se dérouleront dans le respect de la dignité des personnes, en application des lois de la République, en conformité avec les dispositions des conventions internationales ratifiées et en application des accords bilatéraux de réadmission".

Gonzalez avait dénoncé lors d'une conférence de presse au terme d'une visite au Niger les méthodes employées par l'Algérie dans l'expulsion des migrants subsahariens.

"Les migrants sont raflés à leurs domiciles en pleine nuit", "sans même avoir le temps de s'habiller, de prendre leurs affaires et leurs économies", avait-il déploré.

Et de souligner qu'ils sont emmenés dans des postes de police, "battus" puis déportés par bus vers la frontière du Niger, où ils doivent marcher pour rejoindre la ville la plus proche.

Il avait également appelé Alger à "cesser immédiatement les expulsions collectives de migrants" africains "vers le Niger".

Selon les estimations de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), l'Algérie a expulsé vers le Niger 35.600 Nigériens depuis 2014 - dont plus de 12.000 depuis le début 2018 - ainsi que plus de 8.000 migrants d'Afrique de l'Ouest depuis septembre 2017.


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın