Monde

Les Français attendent impatiemment l’intervention de Macron, lundi soir

- Tout l’enjeu pour Emmanuel Macron est de concilier les engagements internationaux en matière d’écologie, avec les revendications du peuple concernant la fin du matraquage fiscal

Lassaad Ben Ahmed   | 10.12.2018
Les Français attendent impatiemment l’intervention de Macron, lundi soir

France

AA / France / Fawzia Azzouz

Le président français Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir pour annoncer de nouvelles mesures qui se veulent concrètes, pour répondre aux revendications du mouvement des « gilets jaunes », selon des sources concordantes citant l’Elysée.

Le chef de l’Etat ne s’est pas exprimé sur le sujet depuis le 1er décembre, date à laquelle il avait dénoncé les violences, en marge de son discours de clôture au sommet du G20 en Argentine.

« Ce qui s’est passé à Paris n’a rien à voir avec l’expression d’une colère pacifique, d’une colère légitime », avait alors déclaré le président Macron.

Depuis ces propos, il s’est fait très discret, déléguant la gestion de la crise à son premier ministre Edouard Philippe.

Sa dernière apparition publique remonte à mardi dernier, lorsqu’il a rendu visite aux employés de la préfecture du Puy-en-Velay, incendiée le 1er décembre par des pyromanes lors de la mobilisation hebdomadaire des gilets jaunes.

Cette apparition, pour laquelle la presse n’avait pas été informée en amont, a d’ailleurs suscité l’indignation de l’APP (Association de presse présidentielle) qui a rappelé que « les déplacements et activités publiques du président de la République se sont déroulés sans organisation pour la presse ces trois derniers jours, alors que la France est confrontée à des événements graves suscitant l'intérêt du monde entier ».

Le journal Le Parisien affirme que le président Macron s’exprimera lundi soir pour apporter des réponses concrètes pour améliorer le pouvoir d’achat.

Il aurait annoncé lui-même cette information, vendredi, à une quinzaine d'élus des Yvelines, qu’il a reçus à l’Elysée pour recueillir leurs propositions de sortie de crise.

Son intervention a été également confirmée par la ministre des Armée, Florence Parly. Il ne manquera pas d'apporter "des réponses aux revendications de court terme", a-t-elle affirmé dans une déclaration télévisée, dimanche sor.

Concrètement, les « gilets jaunes », qui protestaient initialement contre la hausse des taxes sur les hydrocarbures, ont étendu leurs revendications au fil des jours réclamant des mesures concrètes et efficaces en faveur de leur pouvoir d’achat.

Si rien n’a filtré sur les intentions du chef de l’Etat, il est très attendu sur la question de la revalorisation du salaire minimum garanti (Smic), celle des retraités, et sur la fiscalité dans sa globalité.

Avant de se prononcer, le chef de l’Etat recevra, lundi matin à l’Elysée, de nombreux syndicats comme la CGT, FO ou encore le Medef, selon la chaîne d’informations en continu LCI.

L’Elysée a indiqué qu’Emmanuel Macron recevra lundi matin « l’ensemble des forces politiques, territoriales et sociales » pour « agir », selon BFMTV.

C’est, en effet, la question du financement de la transition écologique qui a mis le feu aux poudres dans l’Hexagone.

Le gouvernement avait annoncé une hausse des taxes à partir du 1er janvier 2019 pour financer la transition écologique, avant de revenir sur sa décision, après la mobilisation conséquente engagée par les « gilets jaunes ».

Le président semble en réalité aux pieds du mur face au dilemme de la transition écologique.

Le député En Marche, Mathieu Orphelin, a reconnu à l’antenne de BFMTV « on a fait des choses, mais oui, il faut faire beaucoup plus», concernant la réductions des émissions de gaz à effet de serre puisque en « 2017 on a émis 7% en plus ».

Tout l’enjeu, aujourd’hui, pour Emmanuel Macron est de concilier les engagements internationaux en matière d’écologie et de protection de la planète, avec les revendications du peuple concernant la fin du matraquage fiscal.

Pour rappel, les forces de l’ordre ont procédé, samedi, à l’interpellation de près de 2000 personnes dont plus de 1700 ont été placées en garde à vue en marge de la mobilisation générale des « gilets jaunes » sur l’ensemble du pays, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur cités par les médias français.

Les opérations de blocage et de manifestations ont mobilisé 136000 personnes sur l’ensemble du territoire dont 10000 à Paris, selon le dernier bilan de la place Beauvau (ministère de l’Intérieur).

La France a une nouvelle fois été le théâtre, samedi 8 décembre, de scènes de guérillas urbaines avec de nombreux incendies, des commerces saccagés et pillés et des violences notamment à Paris, Bordeaux (ouest) ou encore Marseille (Sud Est).

Le gouvernement avait « pour faire face à cette journée, conçu un plan exceptionnel», pour faire face aux manifestants, comme l’a rappelé Édouard Philippe.

Le ministère de l’Intérieur avait annoncé, samedi soir, un bilan de 118 blessés dont 17 parmi les forces de l’ordre.

Le journal Le Parisien a fait savoir sur son compte Twitter que deux de ses photo-journalistes ont été blessés par des tirs de flash-ball de la police.

À Bordeaux, un manifestant a eu la main arrachée par une grenade lacrymogène tirée par les forces de l’ordre.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın