Monde

Le Japon appelle la Russie à libérer Navalny et ses partisans

Le ministre des Affaires étrangères du Japon, Toshimitsu Motegi, a affirmé que son pays continue de suivre la situation de près et avec préoccupation.

Wejden Jlassi   | 26.01.2021
Le Japon appelle la Russie à libérer Navalny et ses partisans

Tokyo


AA/Tokyo


Le Japon a appelé les autorités russes à libérer le dissident Alexeï Navalny et ses partisans qui ont été arrêtés lors des manifestations pacifiques.

Le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, a déclaré lors d'une conférence de presse tenue, mardi, au sujet de Navalny et des manifestations qui ont éclaté en Russie, que son gouvernement suivait la situation de près et avec préoccupation.

Concernant les allégations d'empoisonnement de Navalny, le ministre japonais a déclaré que son pays appelle la Russie à faire preuve de transparence et à traduire les auteurs de ce crime en justice.

L'état de santé de Navalny s'est détérioré lorsqu'il était en vol le 20 août, obligeant l'avion à effectuer un atterrissage d'urgence dans la ville russe d'Omsk.

Le 21 août, des médecins russes ont accepté d'autoriser Navalny, un avocat et militant anti-corruption de 44 ans, à être transféré d'un hôpital de Sibérie, à la demande de ses proches, à Berlin pour y être soigné.

Le 17 janvier, les autorités russes ont arrêté Navalny à son arrivée à l'aéroport Sheremetyevo de Moscou, en provenance d'Allemagne, où il a passé 5 mois à être soigné.

Le lendemain, un tribunal russe a statué que Navalny devrait être placé en détention pour 30 jours, à la suite d’une demande du ministère de l’Intérieur, pour « violation répétée des conditions du contrôle judiciaire».

En protestation contre l’arrestation de Navalny, des manifestations ont éclaté le 23 janvier, en Russie, et auxquelles des dizaines de milliers de personnes dans tout le pays ont participé. La police russe a mené une vaste vague d'arrestation en vue de juguler ces mouvements protestataires. Au moins 3 000 personnes ont été interpellées.

De son côté, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que les manifestations de soutien à Navalny étaient "illégales et inacceptables".


*Traduit de l'arabe par Wejden Jlassi

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın