Monde

Iran: les sanctions et le sabotage n’encouragent pas la négociation

- Lors d'une réunion entre le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammed Javad Zarif, avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, dans la capitale, Téhéran.

Aladdin Mustafaoğlu   | 13.04.2021
Iran: les sanctions et le sabotage n’encouragent pas la négociation

Ankara

AA / Ankara

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammed Javad Zarif, a déclaré que les sanctions et les opérations de sabotage ne favoriseraient pas d'opportunités de négociations avec les États-Unis sur l'accord nucléaire, mais rendraient plutôt la question plus compliquée.

C’est ce qui est ressorti d’une réunion entre Javad Zarif et son homologue russe Sergueï Lavrov ce mardi, dans la capitale, Téhéran, selon la télévision nationale iranienne, à la suite de l'attaque contre l'installation nucléaire de Natanz.

Au cours de la réunion, les deux parties ont discuté des questions régionales et internationales, notamment l'accord de coopération à long terme entre Téhéran et Moscou, l'accord nucléaire et les sanctions imposées à Téhéran.

Zarif a déclaré : "Les États-Unis doivent savoir que les sanctions et les actes de sabotage ne favoriseraient pas des opportunités de négociation. Ces actions ne feront que compliquer la situation pour eux".

Il a souligné que l'installation nucléaire de Natanz progressera bientôt avec des centrifugeuses plus avancées que celles qui ont été endommagées lors de la récente attaque.

Faisant référence à Israël, qui est accusé d'avoir fomenté l’explosion, Zarif a déclaré : "Tel Aviv pensait (par cette attaque) que cela affaiblirait la position de l'Iran dans les négociations sur le dossier nucléaire", affirmant que l'attaque les rendrait plus forts.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a également renouvelé son appel à l'administration américaine pour qu'elle lève les sanctions unilatérales imposées à son pays et revienne à l'accord nucléaire.

D'un autre côté, Zarif a laissé entendre que Téhéran inclurait des responsables européens sur la liste des sanctions, en riposte à l'imposition de sanctions par l'Union européenne contre des responsables iraniens.

Et d’ajouter : "L'Europe n'est pas dans une position moralement supérieure et ne peut pas donner des leçons au monde à ce propos. La xénophobie et l'islamophobie ont instauré des conditions terribles en Europe".

Zarif a remercié la Russie pour le soutien qu'elle a apporté à la suite de l’explosion qui s'est produite, dimanche à l'aube, dans l'installation nucléaire de Natanz.

Pour sa part, et en réponse à une question sur la position de Moscou sur l'accord nucléaire, Lavrov a déclaré que son pays faisait des efforts pour créer le consensus entre toutes les parties, l'accord signé en 2015 par l'Iran, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine, la Russie et l'Allemagne.

Le ministre russe des Affaires étrangères a ajouté : "Toutes les sanctions contre l'Iran devraient être levées sans condition, et nous espérons que la levée des sanctions augmentera les chances de coopération".

Il a souligné la nécessité pour les États-Unis, qui se sont retirés de l'accord en 2018, de respecter la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, mettant en garde contre tout manquement qui aurait des "conséquences graves".

Concernant les développements dans la région azerbaïdjanaise du Karabakh, le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré que Moscou souhaitait résoudre ce problème par le dialogue.

D'autre part, Lavrov a critiqué les récentes sanctions imposées par l'Union européenne à l'Iran en raison des "violations des droits de l'homme".

Tout en notant que son pays a des positions similaires à celles de l'Iran concernant la situation en Afghanistan et dans le Golfe Persique.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın