Afrique

Tchad / la Coalition militaire opposante : "La guerre n'est pas encore terminée"

- Les forces de la coalition poursuivraient d'avancer vers N'Djamena pour "libérer le peuple de la tyrannie"

Ömer Erdem   | 04.05.2021
Tchad / la Coalition militaire opposante : "La guerre n'est pas encore terminée"

Hartum

AA / Khartoum

"La guerre [au Tchad] n'est pas encore terminée", a déclaré Ibrahim Ahmed Gucca, responsable de la presse de la coalition militaire formée par les groupes séparatistes dans le nord du Tchad, contre le défunt Président, Mahamat Idriss A.

Membre du Conseil de commandement militaire pour le salut de la République (CCMSR) et responsable de la presse de la Coalition militaire, Gucca s'est exprimé à l'Agence Anadolu.

Il a précisé que la région de Braqa rattachée au Tibesti a été prise sous contrôle sans rencontrer une résistance de l'armée tchadienne, avant l'assassinat de Déby par le Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT), le 19 avril.

Ainsi, les forces de la coalition poursuivraient d'avancer vers N'Djamena pour "libérer le peuple de la tyrannie", selon Gucca.

"Après la fuite des forces du régime, les forces opposantes ont saisi la région du Vor au Tibesti le 28 avril, puis les régions 35 et 65 le lendemain", a-t-il fait savoir.

Gucca a ajouté que certains soldats sont détenus et que leur équipement a été saisi, notant que les soldats ont fui vers les régions intérieures du pays.

"Nous évaluons maintenant la guerre, a-t-il dit. Nos forces continuent d'avancer, la guerre n'est pas encore terminée."

Gucca a précisé que la Coalition et le FACT ne sont pas deux groupes ennemis, mais que le FACT refuse de joindre la Coalition pour des raisons inconnues.

Dans un communiqué écrit, la Coalition a dit avoir perpétré quatre attaques contre les forces du Président du Conseil militaire de transition, Mahamat Idriss Déby, "pour mettre fin à la dynastie familiale et libérer le peuple de la tyrannie".

"La Coalition militaire entend les cris des braves Tchadiens qui s'opposent à la saisie du pouvoir par la famille Itno, lit-on encore. Nous voulons tourner la page avec tous les groupes de la nation. Nous voulons que le peuple tchadien soit patient. La victoire est imminente."

Le communiqué a appelé les groupes politiques et militaires, la société civile et les partis de l'opposition à s'unir, pour former une option englobante et démocratique.

Des coalitions militaires et des groupes tels que le FACT font la guerre contre le gouvernement et l'armée tchadiens pour changer le régime.

La Coalition est formée par le CCMSR, le Front de la Nation pour la Démocratie et la Justice au Tchad (FNDJT), l'Union des Mouvements pour la Démocratie et le Développement (UMDD), l'Union Nationale pour le Changement (UNC) et le Mouvement de Renaissance du Tchad (MRT).

Le FACT a attiré l'attention après l'assassinat d'Idriss Déby, président depuis 31 ans.

Le groupe formé en avril 2016 dans le nord du pays, par Mahamat Mahdi Ali, ancien secrétaire général de l'UFDD, s'est allié aux milices du général putschiste en Libye, Khalifa Haftar.

Suite à l'assassinat de Déby, son fils, le général Mahamat Idriss Déby (37 ans) a été nommé le président du Conseil militaire de transition le 20 avril.

Ce Conseil a déclaré que son mandat durera 18 mois et avait dissout le Parlement et le gouvernement, pour nommer ensuite, le 27 avril, Albert Pahimi Padacké comme Premier ministre de transition.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın