Afrique

Libye : Le Parlement de Tripoli appelle à une session d'urgence du Conseil de sécurité

- Après que la milice Haftar ait bombardé des quartiers résidentiels et l'aéroport de Mitiga à Tripoli, causant la mort de plusieurs civils

Mourad Belhaj   | 10.05.2020
Libye : Le Parlement de Tripoli appelle à une session d'urgence du Conseil de sécurité

Libyan

AA / Istanbul

Le Parlement de Tripoli a appelé, samedi, le Conseil de sécurité des Nations Unies à tenir une session d'urgence pour mettre fin aux attaques du général renégat Khalifa Haftar contre des civils.

C’est ce qui ressort d’un communiqué publié quelques heures après le bombardement des quartiers résidentiels de Tripoli par les milices de Haftar qui ont causé la mort de civils.

Le parlement a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à "prendre des décisions fermes pour protéger les civils contre les attaques répétées contre leur vie et leurs biens".

"Nous ne nous considérons plus liés par aucune forme de dialogue (parrainé par des instances internationales), à moins qu'il ne soit précédé d'une position ferme contre les attaques répétées contre des civils innocents", ajoute le communiqué.

Et de souligner la nécessité pour le Conseil de sécurité d'assumer ses responsabilités quant à la protection des civils.

Le Parlement de Tripoli a accusé les Émirats arabes unis de soutenir Haftar, déclarant : "Ce petit Etat qui, pour l’imposer (Haftar) comme gouverneur de la Libye, contre la volonté de son peuple, ne se soucie pas du nombre de victimes" qui tombent suite à ses attaques.

La milice Haftar a lancé, samedi, une attaque aux missiles contre des quartiers résidentiels de Tripoli, bombardant également l'aéroport international de Mitiga avec plus de 80 missiles, tuant 6 civils, dont une femme, et en blessant d'autres, selon le ministère libyen de la Santé.

Ces attaques surviennent quelques heures après que la Mission d’appui des Nations Unies en Libye ait annoncé que les attaques aveugles de la milice Haftar contre des zones peuplées de la capitale "pourraient constituer des crimes de guerre".

Haftar poursuit depuis le 4 avril 2019, une attaque infructueuse pour prendre le contrôle de Tripoli (Ouest), siège du gouvernement internationalement reconnu, au cours de laquelle il a subi de lourdes pertes.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.