Politique

Déclaration finale du Sommet d'Ankara sur la Syrie

- Les présidents turc Erdogan, russe Poutine et iranien Rohani ont signé la déclartion commune du deuxième sommet tripartite sur la Syrie qui s'est tenu mercredi dans la capitale turque.

Selen Temizer,Tuncay Çakmak   | 04.04.2018
Déclaration finale du Sommet d'Ankara sur la Syrie

Ankara

AA - Ankara - Tuncay Çakmak

La déclaration finale du Sommet Tripartite Turquie-Russie-Iran sur la Syrie qui a eu lieu mercredi à Ankara avec les participations des présidents Erdogan, Poutine et Rohani, a été publié.

La déclaration finale a été conjointement signée par e Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, et ses homologues russe, Vladimir Poutine, et iranien, Hassan Rohani.

Ledit texte indique que les trois leaders ont analysé les évolutions en Syrie depuis le premier sommet qui s’était tenu le 22 novembre 2017 à Sotchi en Syrie.

Erdogan, Poutine et Rohani ont également souligné le rôle positif du Processus d’Astana lancé en janvier 2017 par les trois pays.

"La seule initiative internationale, qui a pour but de favoriser la recherche de paix et de stabilité en Syrie, et qui peut relancer les pourparlers de Genève, dont le but est de réduire les affrontements et de pousser les parties à trouver une solution politique durable en Syrie, est le Processus d’Astana", affirme la déclaration finale.

Dans ce sens, les leaders qui ont participé au Sommet d’Ankara ont une nouvelle fois exprimé leur détermination à poursuivre leurs efforts pour garantir un cessez-le-feu entre les différentes parties et soutenir le processus politique engagé avec la résolution 2254 du Conseil de Sécurité de l’ONU.

"Les leaders ont renouvelé leur attachement à la souveraineté, l’indépendance, l’unité territoriale et la particularité de la Syrie à ne pas se baser sur les particularités d’une seule composante de sa société.

La déclaration finale rejette toute solution contraire aux décisions de l’ONU et qui ne prendrait pas en compte la totalité des composantes de la société syrienne.

"Les leaders rejettent toute initiative visant à imposer de nouvelles donnes en Syrie sous prétexte de lutte contre le terrorisme, qui ne respecterait pas l’unité territoriale de la Syrie et qui menacerait la sécurité des pays voisins", indique la déclaration.

Les dirigeants turc, russe et iranien ont également exprimé leur soutien au "dialogue national syrien" engagé le 30 janvier dernier à Sotchi en Russie. Ils ont souhaité la création dans les plus brefs délais, avec l’aide de l’ONU, de la commission pour une nouvelle constitution, comme décidée à Sotchi.

Par ailleurs, les leaders ont à nouveau exprimé leur volonté de continuer à coopérer pour combattre les différents groupes terroristes présents en Syrie, comme Daech et les groupes affiliés, le Front al Nusra, Al Qaida ou tout autre groupe terroriste.

"Il est essentiel de bien différencier les groupes terroristes cités des groupes d’opposition armés qui ont signé les accords de cessez-le-feu afin de limiter au maximum les pertes civiles", précise le texte.

"La détermination à s'opposer à tout agenda séparatiste a été exprimée", ajoutent les leaders.

De plus, les leaders ont affirmé leur satisfaction devant la résolution 2401 du Conseil de Sécurité au sujet des violations du cessez-le-feu et de la mise en place des aides humanitaires et sanitaires dans les régions assiégées de Syrie.

Pour conclure, conformément à la proposition du président iranien Rohani, la déclaration signée des trois leaders indique que le prochain sommet tripartite sera organisé en Iran.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın