Politique, Monde

Cavusoglu: "La Turquie ne cèdera pas aux pressions"

- Toutefois, Ankara est prêt à travailler avec Washington, dans le cadre de sa législation, pour régler la "crise des visas", a fait savoir le ministre turc des Affaires étrangères

Meltem Bulur,Tuncay Çakmak   | 18.10.2017
Cavusoglu: "La Turquie ne cèdera pas aux pressions"

Ankara

AA - Ankara - Tuncay Çakmak

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que Ankara est prête à coopérer avec Washington au sujet de la crise des visas, tout en soulignant que les propositions américaines doivent être conformes à la législation turque.

Le chef de la diplomatie turque s’exprimait, mercredi, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue portugais, Augusto Santos Silva, actuellement en visite officielle à Ankara.

Cavusoglu a d’abord souhaité souligner le bon niveau des relations avec le Portugal, «important allié de la Turquie dans l’axe Europe-Atlantique et pays avec qui les relations politiques sont parfaites».

«Nous voulons renforcer davantage nos échanges économiques avec la Portugal qui a toujours pleinement soutenu l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne (UE)», a-t-il ajouté.

Le ministre turc s’est ensuite exprimé au sujet de la crise des visas entre Ankara et Washington, alors qu’une délégation américaine se trouve actuellement dans la capitale turque pour discuter de la question.

"Nous coopérerons évidemment si les propositions sont en conformité avec nos lois, notre souveraineté et notre constitution. Mais la Turquie ne pliera devant aucune pression et nous refuserons d'emblée toute proposition qui serait contraire à l'indépendance de la Justice turque", a-t-il prévenu.

«Si une personne, quel que soit son employeur, si elle est accusée de faits pour lesquels il existe des preuves, alors la justice interviendra. Ni nous, ni un autre pays ne peut intervenir sur ce point», a-t-il encore déclaré.

Cependant, Mevlut Cavusoglu a estimé que la crise des visas est une crise "inutile", ajoutant que la Turquie se devait de répondre de la même manière à la décision américaine.

«Les citoyens ne doivent pas être les victimes de ce genre de problèlmes inutiles ne doivent pas survenir entre des pays alliés. Nous pouvons y trouver une solution ensemble », a-t-il encore dit.

Le chef de la diplomatie turque a également répondu à une question d’un journaliste concernant les évolutions en Irak après le référendum illégitime organisé dans District du Nord en faveur de l’indépendance.

"Le District du Nord de l'Irak a fait de mauvais calculs et n'a pas prêté une écoute attentive à nos conseils. Pourtant, nous les avions prévenus que les problèmes qu'ils rencontrent aujourd'hui allaient surgir. Ils pensaient obtenir plus, mais ce calcul s'est heurté à Bagdad. Ils pensaient unir les Kurdes mais malheureusement c'est l'inverse, ils se sont divisés. Le chaos règne désormais."

Cavusoglu a rappelé que la ville de Kirkouk est liée constitutionnellement au gouvernement central de Bagdad.

«Ils (District du Nord) ont essayé d’imposer une situation de fait à Kirkouk. Il est donc légitime que l’ordre constitutionnel soit rétabli là-bas. L’important est que le calme règne. Nous le répétons à chaque occasion, nous défendons l’intégrité territoriale de l’Irak », a-t-il conclu.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın