Afrique

Tunisie : « Nous espérons que les forces révolutionnaires participeront au gouvernement »

- Abdel Karim al-Harouni, président du Conseil de la Choura du mouvement "Ennahda": "Nous souhaitons vivement la participation du 'Courant Démocratique' et du 'Mouvement Populaire' au gouvernement d’Habib Jamli"

Mourad Belhaj   | 12.12.2019
Tunisie : « Nous espérons que les forces révolutionnaires participeront au gouvernement »

Tunisia

AA / Tunisie / Adel Al-Thabeti

Le président du Conseil de la Choura du mouvement tunisien "Ennahdha" (54 députés sur 217), Abdel Karim El Harouni, a exprimé son espoir de persuader les "forces révolutionnaires" de participer au gouvernement que l'expert agricole, Habib Jamli, a été chargé de former depuis novembre dernier.

Le "Courant Démocratique" (social-démocrate - 22 députés) et le "Mouvement Populaire" (nationaliste nassérien 15 députés) accusent "Ennahda" (d'obédience Islamique) de vouloir s'allier avec le parti "Au Cœur de la Tunisie" (libéral - 38 députés), malgré sa promesse aux électeurs, avant les élections législatives d'octobre dernier, de ne pas nouer d’alliance avec ce parti.

Al Harouni a déclaré dans une interview à l'agence Anadolu: "Nous, en tant que parti, avons cherché à élargir la participation afin que le gouvernement exprime la ligne révolutionnaire et fasse de la lutte contre la corruption une priorité".

"Nous ne désespérons toujours pas de parvenir à un terrain d'entente, et nous espérons persuader ces « forces révolutionnaires » de participer au gouvernement, car cette participation servira mieux (les objectifs de) la révolution et la guerre contre la corruption, que de rester dans l'opposition", a-t-il déclaré.

Et d’expliquer que le mouvement Ennahda a fait des concessions (en ne présentant pas un Premier ministre issu de ses rangs), et nous espérons que les autres parties feront des concessions à leur tour (...) pour parvenir à un terrain d'entente, surtout si le désaccord concerne les portefeuilles ministériels et non le programme ou la nature du gouvernement et l'intégrité des partis qui participeront au gouvernement."

"Ennahdha s’est engagé politiquement et moralement, au cours de la campagne électorale, de ne pas s'allier avec le parti « Au cœur de la Tunisie », et le mouvement tient encore à cet engagement, même si Ennahdha s'emploie à rechercher un soutien conséquent pour le gouvernement", a-t-il poursuivi.

Et de conclure : "Nous avons un parlement, il y a des blocs parlementaires (qui se sont formés), nous respectons tous les députés et tous les blocs, et nous nous félicitons de tout soutien au gouvernement; car le succès du gouvernement est un succès pour la Tunisie".

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın