Turquie

Président turc: Le racisme et l'islamophobie restent un problème majeur pour les Turcs vivant en Europe

-La communauté turque en Allemagne représente l'aspect social le plus important des relations Turquie-Allemagne, a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Majdi Ismail   | 16.10.2021
Président turc: Le racisme et l'islamophobie restent un problème majeur pour les Turcs vivant en Europe

France

AA/Istanbul

Le Président turc a déclaré samedi que le racisme, l'islamophobie, la xénophobie et la discrimination, restent le principal problème de la communauté turque vivant en Europe.

« Il est de toute importance de prendre des mesures efficaces contre toutes les personnes auteures d'agressions, d'injures, de comportements hostiles et de discrimination », a soutenu Recep Tayyip Erdogan, lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel à Istanbul.

Le chef de l’Etat turc a également mis l’accent sur l'importance des liens tissés entre la Turquie et l'Allemagne à travers la communauté turque qui vit en Allemagne et qui « constitue notre richesse commune et l'aspect social le plus important de nos relations ».

Erdogan a exprimé l'espoir que Merkel continuera à contribuer à l'amitié entre les deux nations, alors que la chancelière allemande s'apprête à quitter ses fonctions, après avoir dirigé les affaires de son pays pendant 16 ans.

Le Président turc a également exprimé l'espoir que la collaboration fructueuse menée avec la chancelière allemande sortante, se poursuivra de la même manière avec le nouveau gouvernement fédéral allemand aussi bien dans le cadre des relations bilatérales que des relations Union européenne (UE)-Turquie.

Pour sa part, Merkel a déclaré que la collaboration de l'UE avec la Turquie en matière de migration irrégulière se poursuivrait.

« Nous voulons empêcher la traite des êtres humains. Il est essentiel […] que l'UE soutienne la Turquie à cet égard », a-t-elle souligné avant d'ajouter que « la Turquie et l'Allemagne ont et auront toujours des intérêts communs » et qu'il en serait également ainsi pour le prochain gouvernement fédéral allemand.

La Turquie accueille plus de 4,5 millions de réfugiés et migrants, notamment des personnes ayant fui la guerre en Syrie, en Afghanistan et en Irak et voulant se rendre en Europe dans l'espoir d'y vivre.

La conférence de presse faisait suite à une réunion d'une heure entre Erdogan et Merkel au Palais Huber à Istanbul, au cours de laquelle, les deux leaders ont également évoqué les questions internationales, notamment la situation politique et sécuritaire en Libye, en Syrie et en Afghanistan.

Merkel et Erdogan ont également discuté des relations commerciales bilatérales, le Président turc réitérant l'ambition d'atteindre dans les années à venir, un volume d'échanges bilatéraux annuels de 50 milliards de dollars.

Angela Merkel s'apprête à quitter la politique active à la fin de cette année, mais elle restera à son poste de chancelière fédérale jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement de coalition.

Les Chrétiens-démocrates (CDU/CSU), le parti de la chancelière qui avait, de longue date, annoncé son retrait de la scène politique, ont perdu de justesse les élections législatives qui ont eu lieu en Allemagne à la fin du mois dernier.


* Traduit du turc par Ümit Dönmez

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.