Turquie

La Turquie a réagi à la pandémie de Covid-19 bien avant l'Europe

- Dès la détection des premiers cas dans le pays, la Turquie a pris des mesures pour endiguer la propagation du virus, de façon beaucoup plus rapide que d'autres pays européens tels que l'Espagne, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne

Emre Aytekin   | 09.04.2020
La Turquie a réagi à la pandémie de Covid-19 bien avant l'Europe

Ankara

AA - Ankara

Suite à la confirmation des premiers cas de contamination par le nouveau coronavirus dans le pays, la Turquie a, très tôt, pris des mesures pour endiguer la propagation du virus, beaucoup plus rapidement que d'autres pays européens comparables à la Turquie en termes de population, tels que l'Espagne, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne.

Alors que les pays d'Europe occidentale ont appliqué les mesures d'endiguement de la pandémie, entre 39 et 54 jours après détection des premiers cas de contamination sur leurs territoires, la Turquie a réagi sans attendre.

Après que le nouveau coronavirus ayant émergé en Chine et provoquant la maladie Covid-19, a commencé à se répandre à travers le monde, la Turquie a, très vite, pris des mesures réduisant la mobilité de masse, afin de stopper la propagation du virus.

Les principales mesures appliquées pour empêcher la propagation du virus ont été les vacances et l'enseignement à distance dans les écoles et les universités, la fermeture temporaire des lieux publics tels que les cafés, les bars, les restaurants, les centres commerciaux ainsi que les centres de divertissement, les bibliothèques, les lieux de culte, y compris tous les événements publics. Les citoyens étaient appelés à "rester chez eux", il leur était conseillé d'éviter les contacts sociaux et de travailler à distance si possible, les institutions publiques et les entreprises privées ont pris des mesures dans ce sens.

Des confinements partiels et des mesures systématiques de quatorzaine ont été appliqués, ainsi que l'introduction des restrictions au transport interurbain. Les premiers cas de Covid-19 ont été détectés le 24 janvier en France, le 28 janvier en Allemagne et le 31 janvier en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni. Le premier cas en Turquie, de 40 à 47 jours après ces dates, a été confirmé le 11 mars.

Image

- Vacances scolaires et universitaires

Étant donné que les écoles, où les élèves sont réunis en grands groupes pendant toute la journée dans un espace confiné, conviennent à la propagation du nouveau coronavirus qui peut être transmis par voie aérienne, l'une des premières mesures prises pour empêcher la propagation de masse a été de décréter les vacances dans les écoles primaires et secondaires ainsi que les universités.

Suite à l'émergence du premier cas dans chaque pays européen, l'Italie a mis 39 jours pour prendre cette mesure de précaution (10 mars), l'Espagne 40 (11 mars), le Royaume-Uni 47 (18 mars), l'Allemagne 49 (17 mars), ainsi que la France (13 mars) alors que la Turquie a mis 1 jour (12 mars). En Turquie, les premiers cas ont été identifiés le 11 mars.

Le 12 mars, le gouvernement turc s'est réuni sous la présidence du Président de la République, Recep Tayyip Erdogan, décidant d'établir des vacances de deux semaines pour les écoles primaires et secondaires, et de trois semaines, dans les universités, à compter du lundi 16 mars.

Le ministre de l'Éducation nationale, Ziya Selcuk a annoncé que l'enseignement à distance commencerait, pour les écoles primaires et secondaires, à partir du 23 mars. Le programme d'enseignement à distance appelé "Réseau d'Éducation et d'Information" a commencé à être mis en œuvre sur Internet le 23 mars par le biais de la chaîne de télévision créée à cet effet par TRT, la radio-télévision turque. Le ministre Selcuk a annoncé, lors d'une conférence de presse, le 25 mars, que l'enseignement à distance se poursuivrait au moins jusqu'au 30 avril.

Le président du Conseil de l'enseignement supérieur (YOK), Yekta Sarac a annoncé, le 26 mars, que les universités ne dispenseront pas d'enseignement en face à face au cours du second semestre.

- Fermeture "temporaire" des lieux publics

La fermeture temporaire, partielle ou totale, des lieux publics permettant la propagation du virus, tels que les cafés, les bars, les restaurants, les centres commerciaux ainsi que les centres de divertissement, les bibliothèques et les lieux de culte, font également partie des méthodes utilisées par les États européens afin de réduire la mobilité de masse dans les villes ainsi que les risques de transmission du virus.

La Turquie a pris ces mesures restrictives quatre jours après l'apparition du premier cas (soit le 15 mars), tandis que l'Italie a mis 41 jours pour appliquer cette mesure (12 mars), l'Espagne 43 (14 mars), l'Allemagne 48 (16 mars), le Royaume-Uni 49 (20 mars); et la France a réagi 50 jours plus tard (14 mars).

Le 15 mars, le ministère turc de la Culture et du Tourisme a annoncé que toutes les bibliothèques du pays seraient fermées du 16 au 30 mars.

Selon la circulaire du ministère de l'Intérieur ayant été publiée le 15 mars, les bars et les discothèques ont été temporairement fermés à compter du 16 mars.

Par la circulaire envoyée aux préfectures des 81 provinces le 16 mars, le ministère a ordonné la fermeture des cafés, des cybercafés, des cinémas et des salles de sport, à l'exception des restaurants et de certains magasins.

Selon une décision prise le 21 mars, les salons de coiffure et les centres de beauté ont dû fermer après 18h00, et à partir du 24 mars, les marchés et supermarchés ne pouvaient pas s'ouvrir en dehors de la bande horaire quotidienne de 9h00 à 21h00.

- Les centres commerciaux ont fermé leurs portes

Bien qu'il n'y eut encore de décret appliqué concernant les centres commerciaux, de nombreux centres commerciaux des grandes villes ont décidé de fermer temporairement leurs portes le 21 mars en raison de la sensibilité des opérateurs à la santé publique.

L'Union des centres commerciaux et des détaillants de Turquie a notifié le public que plus de 100 centres commerciaux avaient fermé leurs portes à travers la Turquie. L'organisation a précisé que les centres commerciaux n'exigeront pas de loyers des commerces tant qu'ils seront fermés.

Après la décision, le 10 mars, de fermer tous les magasins en Italie à l'exception des détaillants alimentaires et des pharmacies, de nombreux centres commerciaux ont interrompu leurs activités.

La fermeture de tous les magasins qui ne répondaient pas aux exigences obligatoires des mesures d'urgence adoptées le 14 mars en Espagne et en France, et le 16 mars en Allemagne, a contraint les centres commerciaux à fermer. Au Royaume-Uni, les chaînes de centres commerciaux persistent à ne pas fermer leurs portes malgré toutes les mesures, et les pressions des employés.

- Mesures pour les lieux de culte

La Présidence des Affaires religieuses (Diyanet) de Turquie a annoncé que le 16 mars, qu'en raison de l'épidémie, aucune prière commune n'aura lieu dans les mosquées, prière du vendredi incluse. Des prières du vendredi ont pris place dans la mosquée Millet d'Ankara le 27 mars et dans la mosquée Ahmed Hamdi Akseki, dans la capitale également, le 3 avril avec une "participation limitée".

Dans la déclaration de la présidence de la Diyanet, il a été souligné que la pratique "vise à assurer la continuité des sermons et des prières du vendredi, avec une participation minimale".

En Italie, le Vatican a fermé, le 13 mars, les 900 églises catholiques de la ville de Rome jusqu'au 13 avril, tandis que les rituels du dimanche ont été interrompus temporairement.

Les églises en Espagne et en France ont pris des mesures similaires après le 14 mars.

En vertu de l'accord conclu entre le gouvernement fédéral et les administrations publiques allemandes le 16 mars, il a été décidé d'interdire les réunions dans tous les lieux de culte.

Le 24 mars au Royaume-Uni, il a été décidé de fermer toutes les mosquées, églises et synagogues aux fidèles et au clergé.

- Restriction des "activités collectives" publiques

La pandémie de Covid-19 a également conduit les pays à interdire ou à restreindre les événements publics. Dans ce contexte, les concerts, d'autres types de manifestations artistiques et culturelles, ainsi que les compétitions sportives, ont été reportés.

La Turquie, le lendemain de l'apparition des premiers cas, c'est à dire le 12 mars, a pris une première mesure d'interdire la présence du public pour les rencontres sportives.

- Les ligues mises en vacances

Des mesures similaires étaient prises en Italie 39 jours après la confirmation des premiers cas (10 mars), 41 jours après (12 mars) en Espagne, 42 au Royaume-Uni (13 mars), 45 (13 mars) en Allemagne, et 48 jours après le premier cas (13 mars) en France.

À ces dates, les matches de Serie A en Italie, de la Liga en Espagne, de la Première Ligue anglaise, de la Bundesliga en Allemagne et de la Ligue 1 en France ont été reportés ou annulés.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports de Turquie, Mehmet Kasapoglu a annoncé, le 19 mars, soit 8 jours après le premier cas dans le pays, que les ligues de football, basketball, volley-ball et de handball avaient été reportées.

Avec la circulaire présidentielle publiée le 20 mars, toutes les rencontres et manifestations scientifiques, culturelles, artistiques ont été reportées à fin avril.

- Restrictions de voyage et de transport

Les pays ont également appliqué des restrictions de voyage et de transport à l'intérieur du pays comme à l'international pour empêcher la propagation du virus dans le contexte de pandémie.

La Turquie avait déjà interrompu les vols à destination et en provenance de Chine, d'Iran, d'Irak , d'Italie, et de Corée du Sud, et 2 jours après les premiers cas identifiés dans le pays (soit le 13 mars), elle a annoncé l'interruption immédiate de tous les vols vers et depuis 9 pays, dont l'Allemagne, la France, l'Espagne, la Norvège, le Danemark, la Belgique, la Suède, l'Autriche et les Pays-Bas, dès le 17 mars.

La Turquie a fermé les liaisons aériennes ainsi que les passages par voies terrestres, avec l'Azerbaïdjan et la Géorgie le 14 mars.

Le 16 mars, la Grande-Bretagne, l'Irlande, la Suisse, l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ont été ajoutés aux pays interdits de vols. Le ministère des Transports et de l'Infrastructure a annoncé que les vols à destination de 46 pays avaient été arrêtés, le 21 mars. Ainsi, le nombre de pays interdits de vol passait à 68.

Les restrictions totales de voyage à destination et en provenance de l'étranger ont été appliquées, 39 jours après l'identification du premier cas en Italie (10 mars), 39 en Allemagne (17 mars), 43 (14 mars) en Espagne, et 53 jours plus tard (24 mars) au Royaume-Uni ainsi qu'en France (17 mars).

Le Président Erdogan a annoncé, le 27 mars, que tous les vols internationaux ont été arrêtés et que les voyages interurbains seront effectués avec l'autorisation des préfectures; et le 3 avril, l'entrée et la sortie des véhicules dans 30 villes métropolitaines ainsi que la ville de Zonguldak ont ​​été interrompues jusqu'à nouvel ordre.

- Mesures de quarantaine et de confinement

Certaines des mesures les plus critiques prises contre la propagation du Covid-19 ont été d'encourager les gens à rester chez eux à moins qu'ils ne soient obligés, de mettre en quarantaine les personnes soupçonnées d'avoir été infectées par le virus et d'appliquer des mesures de confinement ou de couvre-feux aux échelles nationales ou régionales.

Deux jours après les premiers cas confirmés en Turquie, soit le 13 mars, le ministère de la Jeunesse et des Sports a annoncé la mise en quarantaine dans des dortoirs universitaires, de 10 330 citoyens rentrant d'Arabie saoudite après avoir effectué la Omra (le petit pèlerinage traditionnel de l'Islam dans la région du Hejaz, en Arabie saoudite).

Des mesures additionnelles de quarantaine ont également été introduites pour les voyageurs revenant de plusieurs autres pays. Le ministère a indiqué que le 23 mars, le nombre de citoyens revenus de l'étranger et mis en quarantaine à la maison était de 11 269.

Le 21 mars, le ministère de l'Intérieur a imposé un confinement aux citoyens de plus de 65 ans, ainsi qu'aux citoyens souffrant de co-morbidité (risque plus élevé du fait de diverses pathologies).

Le 3 avril, le confinement a été étendu aux moins de 20 ans et il est devenu obligatoire pour tous les citoyens de porter des masques dans les lieux publics, et l'État s'est engagé à fournir un masque quotidien à tous les citoyens âgés de 20 à 65 ans.

Les mesures de confinement et d'isolement ont été appliquées, 38 jours après le premier cas confirmé (9 mars) en Italie, 43 (14 mars) en Espagne, 52 (23 mars) au Royaume-Uni, ainsi qu'en France (17 mars), et 54 jours après le premier cas en Allemagne (22 mars).

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın