Turquie

Erdogan: "Lutter contre la haine de l'Islam et la xénophobie est notre devoir"

- "Nous ne pouvons sacrifier les droits de millions de nos frères à des politiciens incompétents et ambitieux", a encore déclaré le Chef de l'Etat turc, visant certains politiciens européens.

Tuncay Çakmak   | 25.11.2020
Erdogan: "Lutter contre la haine de l'Islam et la xénophobie est notre devoir"

Ankara

AA / Ankara

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a très fermement condamné l’incompétence de certains politiciens européens, qui pour leurs propres ambitions, poursuivent une politique discriminante et haineuse envers les Musulmans.

Le Chef de l’État turc a pris la parole, mercredi, lors d'une réunion virtuelle Comité permanent de coopération économique et commerciale de l'Organisation de la coopération islamique (COMCEC), l’un des comités permanents de l’OCI.

Après avoir traité de la finance islamique et du soutien des pays membres à la Cause palestinienne, le Président turc est revenu sur la montée de l’islamophobie, la haine de l’islam et des musulmans, et du racisme dans de nombreux pays européens.

"Lutter contre la haine de l'Islam et la xénophobie est notre devoir vis-à-vis de nos frères et sœurs qui vivent dans ces pays", a-t-il déclaré, invitant les pays membres de l’OCI à se mobiliser et à coopérer à cet effet.

Mais Erdogan a surtout voulu dénoncer les comportements de certains leaders et politiciens occidentaux et européens qui prennent pour cible l’Islam et les Musulmans.

"Nous ne pouvons sacrifier les droits de millions de nos frères à des politiciens incompétents et ambitieux", a-t-il assuré.

"Les Musulmans sont la cible de la même campagne de haine qui a visé les Juifs d'Europe avant la 2ème guerre mondiale", a-t-il ensuite ajouté, soulignant le climat nauséabond qui règne dans certains pays européens.

Le Chef de l’État turc appelle donc à une coopération étroite, dans le respect du droit et de la démocratie, contre ces phénomènes.

"Nous devons combattre, avec les institutions internationales, en utilisant les outils du droit et de la démocratie, le racisme culturel qui a englobé l'Occident", a-t-il lancé.

Par la suite, le président turc s’est exprimé sur les conséquences de la pandémie de Covid-19.

"La pandémie nous a montré que l'humanité toute entière est sur le même bateau, sans distinction d'ethnie, de religion ou de langue", a -t-il d’abord rappelé.

"Nous devons mettre en place des mesures de promotion du commerce extérieur pour contrer les effets de la pandémie", a-t-il avancé, faisant la promotion auprès des pays de l’OCI, "des échanges commerciaux avec les monnaies nationales", plutôt que le dollar ou l’euro.

Et de conclure : "Nous allons mobiliser tous nos moyens pour atténuer les effets de la pandémie sur l'économie et la production".

* Traduit du turc par Tuncay Çakmak

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.