Turquie

Erdogan : Ankara n'hésitera pas à donner à Haftar la leçon qu'il mérite, s'il poursuit ses attaques

- Contrairement à la volonté constructive du gouvernement de Tripoli, Haftar a fui Moscou sans signer l'accord de cessez-le-feu, a insisté le Président turc

Ali Kemal Akan,Nur Asena Gülsoy   | 14.01.2020
Erdogan : Ankara n'hésitera pas à donner à Haftar la leçon qu'il mérite, s'il poursuit ses attaques

TBMM

AA – Ankara – Nur Asena Gülsoy

"La Turquie n'hésitera pas à donner à Haftar la leçon qu'il mérite, s'il poursuit ses attaques contre le gouvernement légitime et nos frères en Libye", a déclaré le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de l'État s'est exprimé devant le groupe parlementaire de son Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti), mardi à Ankara.

Il a commenté les pourparlers organisés à Moscou, hier lundi, entre les parties belligérantes en Libye.

"Le gouvernement légitime de Tripoli avait une volonté constructive, a fait remarquer Erdogan. Mais Haftar n'a pas voulu signer l'accord de cessez-le-feu. Il a d'abord attendu, puis a quitté, a fui Moscou."

Le Président a insisté : "Nous n'hésiterons pas à donner à Haftar la leçon qu'il mérite, s'il poursuit ses attaques contre le gouvernement légitime et nos frères en Libye."

Il a ajouté que la Turquie est "loin de tout aventurisme en Syrie, en Libye et en Méditerranée" et "n'a aucune aspiration impériale".

"Nous sommes déterminés à empêcher, nous-mêmes, si nécessaire, les tentatives du Régime syrien de violer la trêve, a-t-il conclu. Notre seul objectif est de défendre nos propres droits et ceux de nos frères."

Le Président Erdogan, et son homologue russe, Vladimir Poutine, avaient appelé, la semaine dernière, dans une déclaration commune à l'issue de leur réunion à Istanbul, à un cessez-le-feu en Libye à partir de dimanche à minuit.

Célébré à Tripoli avec des feux d'artifice, le cessez-le-feu est entré en vigueur, dimanche à minuit, entre le gouvernement libyen d’entente nationale, internationalement reconnu, et les forces de Haftar, qui se disputent la légitimité et le pouvoir dans le pays riche en pétrole.

L'attaque de Haftar contre Tripoli, depuis avril dernier, a avorté les efforts déployés par les Nations unies (ONU) pour organiser une conférence de dialogue entre les Libyens, dans le cadre d'une feuille de route internationale.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın