Turquie

Cavusoglu: "Les attaques du YPG/PKK ont accru, nous devons donc faire le nécessaire nous-même"

- Le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, s'exprimait jeudi, sur une opération potentielle en Syrie à cause des attaques de l'organisation terroriste YPG/PKK.

Nazlı Yüzbaşıoğlu   | 28.10.2021
Cavusoglu: "Les attaques du YPG/PKK ont accru, nous devons donc faire le nécessaire nous-même"

Ankara

AA / Ankara

"Les attaques du PKK/YPG se sont accrues. Ni la Russie, ni les Etats-Unis n'ont tenu leurs promesses. Nous devons donc faire le nécessaire nous-même", a déclaré Mevlut Cavusoglu, ministre turc des Affaires étrangères.

Cavusoglu répondait, jeudi, aux questions relatives à l'actualité lors de sa participation à un programme télévisé.

Le Chef de la diplomatie a tout d'abord été interrogé sur une opération potentielle en Syrie à cause des attaques de l'organisation terroriste YPG/PKK et des entretiens de la Turquie avec la Russie et les Etats-Unis en lien avec la Syrie.

"Nous travaillons actuellement sur une réunion de groupe internationale de soutien à la Syrie", a-t-il dit.

Il a rappelé que des rassemblement ont souvent lieu sous ce type de concept et que dernièrement, le processus d'Astana est entré en vigueur.

"Une telle réunion est nécessaire. Nous adressons le message suivant aux Russes et à l'Iran, vous l'avez vu, expliquez le aussi au régime, une solution militaire est impossible", a-t-il indiqué.

Soulignant que les attaques terroristes contre Damas ainsi que les attaques du régime contre Idleb ont un effet néfaste sur les discussions de nouvelle constitution, Cavusoglu a poursuivi: "La seule solution est ce processus. C'est à dire que l'opposition et le régime doivent s'unir pour s'accorder sur l'avenir de la Syrie.”

Cavusoglu a réitéré le soutien de la Turquie à l’intégrité territoriale de la Syrie.

“Le PKK est une menace pour tous. C’est une menace pour eux et pour nous. Les attaques du PKK/YPG se sont accrues ces derniers temps. Ni la Russie, ni les Etats-Unis n’ont malheureusement pas tenu leurs promesses de les retirer. Nous devons donc faire le nécessaire nous-même. C’est ce que dit aussi notre Président”, a-t-il ajouté.

Il a notamment indiqué que le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a fait part de ces propos lors de son entretien avec son homologue russe, Vladimir Poutine, et qu’il en fera part également à son homologue américain, Joe Biden, lors de son prochain entretien.

* Traduit du turc par Ayse Betul Akcesme

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın