Türkİye

Cavusoglu: "La Suède et la Finlande doivent se conformer au mémorandum pour rejoindre l'OTAN"

- "S'ils ne s'y conforment pas, nous ne les accepterons pas dans l'OTAN", a averti le Chef de la diplomatie turque

Emre Karaca   | 04.07.2022
Cavusoglu: "La Suède et la Finlande doivent se conformer au mémorandum pour rejoindre l'OTAN"

Ankara

AA / Ankara

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que La Suède et la Finlande doivent se conformer au mémorandum signé avec la Türkiye s'ils veulent faire partie de l'OTAN.

Le Chef de la diplomatie turque a répondu, en direct, aux questions de la chaine d'information turque NTV, lundi.

Il est d'abord revenu sur le sommet de l'OTAN de la semaine passée à Madrid, notamment sur le mémorandum signée par la Türkiye, la Suède et la Finlande.

"La Suède et la Finlande sont dans l'obligation de respecter le mémorandum", a-t-il insisté.

Avant d'avertir: "S'ils ne s'y conforment pas, nous ne les accepterons pas dans l'OTAN".

La Suède et la Finlande ont évité la neutralité et ont demandé à rejoindre l'OTAN en mai, une décision motivée par la guerre de la Russie contre l'Ukraine.

Mais Türkiye, un membre de longue date de l'alliance, a exprimé des objections aux offres d'adhésion, critiquant les pays pour tolérer et même soutenir les groupes terroristes.

Avant le sommet de l'OTAN la semaine dernière, la Turquie, la Suède et la Finlande ont signé l'accord après des pourparlers à quatre, dont l'OTAN à Madrid.

Ce mémorandum permet aux deux pays nordiques de devenir membres de l'OTAN, mais les conditionne à prendre des mesures concernant les préoccupations terroristes de la Türkiye et à lever l'embargo sur les armes à Ankara.

À la suite de l'accord trilatéral, l'OTAN a officiellement invité la Suède et la Finlande à rejoindre l'alliance militaire de 30 membres.

Concernant la future opération anti-terroriste qu'Ankara projette de mener dans le nord de la Syrie, Cavusoglu a rappelé que des accords ont été signés avec la Russie et les Etats-Unis pour l'élaboration d'une zone de sécurité dans le nord de la Syrie, le long de la frontière turque. Ces deux pays s'étaient engagés à faire reculer les terroristes du PKK/YPG à 30 km dans l'intérieur de la Syrie, ce qui n'a jamais été appliqué.

"Ces derniers temps, les terroristes ont multiplié leurs attaques vers notre territoire et contre nos soldats en mission dans le nord de la Syrie.

Quand la Türkiye est confrontée à une menace en provenance de la Syrie, elle l'élimine. C'est aussi simple que ça !", a-t-il expliqué, ajoutant que la Türkiye interviendra si Washington et Moscou ne respectent pas leurs engagements.

* Traduit du turc par Tuncay Çakmak



Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.