Sante

COVID-19 / Pourquoi le Chili bat des records tant en termes de vaccination que de contaminations ?

- Selon des experts, le triomphalisme excessif dû au succès de la campagne de vaccination a incité les gens à sortir pendant leurs vacances, ce qui a favorisé la propagation du virus.

Ekip   | 08.04.2021
COVID-19 / Pourquoi le Chili bat des records tant en termes de vaccination que de contaminations ?

Ankara

AA / Bogota, Colombie / Laura Gamba

Alors que les pays d'Amérique latine ont été lents à lancer leurs campagnes de vaccination, la stratégie de déploiement du Chili s'est avérée être l'une des meilleures au monde.

Le pays aurait pu sembler en passe de tourner la page de la COVID-19 si ce n'était que le nombre quotidien de contaminations par le coronavirus n'a jamais été aussi élevé.

Le Chili est aux prises avec la pire phase de la pandémie, avec plus de 8 000 infections quotidiennes au cours des derniers jours et un taux d'occupation des lits de soins intensifs de 95 %.

Le taux de contamination par la COVID-19 par habitant au Chili est l'un des plus élevés au monde. Le pays a jusqu'à présent enregistré un total de plus d'un million de cas et près de 24 000 décès, selon les données compilées par l'Université américaine Johns Hopkins.

Fait étonnant, les contaminations sont en augmentation malgré le fait que le pays ait mené l'une des campagnes de vaccination les plus réussies.

En effet, le Chili a été la première nation d'Amérique latine à lancer son programme de vaccination. En administrant environ 225 000 doses par jour, le pays a assuré la vaccination de plus de sept millions de personnes depuis le 24 décembre. Il figure ainsi parmi les leaders mondiaux en matière de vaccination, devancé seulement par Israël et les Émirats arabes unis.

Claudia Cortes, vice-présidente de la Société chilienne des maladies infectieuses, a déclaré à l'Agence Anadolu que l'un des secrets du succès de la vaccination dans le pays est son expérience passée en matière de programmes de vaccination efficaces.

"Notre système de santé publique est le fruit des plans de vaccination et, en règle générale, les vaccinations sont très bien acceptées dans le pays", assure-t-elle.

Le gouvernement de Sebastian Pinera s'est, voici quelques mois, approvisionné en vaccins auprès de différents fournisseurs, et ce bien avant que la plupart des pays ne le fassent. Le Chili a commandé près de 90 millions de doses à Sinovac, Pfizer et AstraZeneca, ce qui est plus que suffisant pour vacciner une population de quelque 19 millions de personnes.

Claudia Cortes souligne toutefois que la rapidité de la campagne de vaccination du pays a donné à la population un faux sentiment de sécurité et a contribué à une forte augmentation des nouvelles infections et des décès.

"Il y avait un certain triomphalisme lorsque la campagne de vaccination a été lancée et, bien que la vaccination se déroule très bien au Chili, on ne peut pas en conclure qu'un vaccin mettra fin à nos problèmes", dit-elle. Et d'ajouter : "Nous savons que la vaccination n'est efficace que lorsque 80 % de la population est vaccinée, ce qui est loin d'être le cas."

Selon l'experte, le gouvernement a allégé les restrictions dans des proportions "excessives" après avoir imposé des quarantaines très strictes. En janvier, le pays a créé un système de permis permettant aux Chiliens de partir pour leurs vacances d'été qui s'étendent de décembre à mars.

"Après de nombreux mois de restrictions, de couvre-feux et de quarantaines, le gouvernement a assoupli les mesures de manière excessive, en accordant des permis de vacances à plus de cinq millions de personnes, qui se sont déplacées sur le territoire national, favorisant la propagation du virus", explique-t-elle.

Le ministre de la santé avait reconnu, en mars, que les risques de prendre les vacances d'été n'ont pas été communiqués efficacement à la population.

Cortes prévient que le pays est maintenant aux prises avec de nouvelles souches du coronavirus, qui sont plus contagieuses et provoquent des pathologies plus graves.

"Nous ne savons pas à quel point les nouvelles souches sont répandues mais nous pensons qu'elles le sont assez car le comportement du virus devient nettement plus agressif. Nous commençons à observer des atteintes graves chez des personnes plus jeunes nécessitant une hospitalisation", a-t-elle ajouté.

L'augmentation du nombre de cas a déclenché une nouvelle série de mesures strictes qui ont restreint la mobilité de près de 14 millions de personnes.

En début de semaine, le Chili a fermé ses frontières aux étrangers non-résidents et interdit les voyages à l'étranger pendant au moins un mois.


*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.