Politique

Tunisie: Un bloc parlementaire présente une pétition pour retirer la confiance à Ghannouchi

Mona Saanounı   | 13.01.2020
Tunisie: Un bloc parlementaire présente une pétition pour retirer la confiance à Ghannouchi

Tunisia

AA/Tunis/Yemna Selmi

Le bloc du Parti Destourien Libre (PDL) au Parlement tunisien a annoncé, lundi, avoir élaboré un projet de pétition pour retirer la confiance au président du Parlement, Rached Ghannouchi.

Pour sa part, le porte-parole du Mouvement Ennahdha, Imed Khemiri, a considéré que les arguments du bloc du PDL ne sont pas valables et que la pétition est provoquée par des parties dont la seule préoccupation est de contrecarrer le parti et son président.

La présidente du bloc du PDL (17 sièges sur 217 sièges), Abir Moussi, a indiqué, lors d’une conférence de presse, que « depuis l’élection de Ghannouchi (en novembre dernier), nous avons constaté des dépassements et une mauvaise gestion ».

Elle a souligné que le dernier dépassement commis est la visite effectuée par Ghannouchi en Turquie, « au cours de laquelle il y a eu une réunion à huis-clos avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, tandis que le parlement et les députés n’étaient pas au courant de cette visite ».

Et Moussi d’ajouter, au siège du parlement à Tunis, que « quelle que soit la qualité de Ghannouchi dans sa visite en Turquie, il ne peut pas enlever sa qualité de président du parlement dans ses déplacements ».

Moussi a prétendu, dans le même contexte, que « l’Agence Anadolu avait annoncé qu’il s’agissait d’une visite officielle et privée entre le président du parlement tunisien et le président turc Recep Tayyip Erdogan ».

Il convient de noter qu’au cours de la couverture de la visite de Ghannouchi en Turquie, Anadolu n’a pas indiqué, en aucune manière, qu’il s’agissait d’une « visite officielle ».

La présidente du PDL a considéré que « les normes diplomatiques, la loi tunisienne et le règlement interne du parlement ne le permettent pas » et que, de plus, « les réunions à huis-clos sont la source de grandes suspicions », selon elle.

Moussi a souligné que « le retrait de la confiance au président du Parlement est le seul mécanisme possible selon le règlement interne du Parlement, dans son article 51, et ce, après la signature de la pétition par 73 députés pour qu’elle soit présentée en plénière pour le vote ».

Des sources parlementaires estiment que l’adoption de la pétition par la majorité requise (50+1/ 109 députés) est peu probable.

Le porte-parole du Mouvement Ennahdha et député, Imed Khemiri, a indiqué, quant à cette pétition, que « l’initiative de retrait de confiance est une tentative de provoquer des questions non prioritaires actuellement ».

Dans une déclaration faite à Anadolu, Khemiri a ajouté que « la priorité est pour le moment de former un gouvernement, après le refus du gouvernement de Habib Jemli au Parlement ».

Et de poursuivre que « toutes les forces sont supposées de tenir des concertations afin d’aboutir à un consensus autour du prochain gouvernement ».

Ghannouchi avait effectué une visite à Istanbul, samedi dernier, au cours de laquelle il avait rencontré le président Erdogan.

Un communiqué du président d’Ennahdha a indiqué que les deux parties ont discuté des derniers développements et des enjeux dans la région.

Le Bureau d’information du parti a assuré que Ghannouchi a visité la Turquie à titre personnel et au nom du parti, en réponse à une ancienne invitation.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın