Politique

Tunisie : l'UGTT rejette le monopole du pouvoir de Kaïs Saïed

- La plus grande centrale syndicale a également mis en garde contre les dangers la concentration des pouvoirs entre les mains du Président Saïed

Adel Bin Ibrahim Bin Elhady Elthabti   | 24.09.2021
Tunisie : l'UGTT rejette le monopole du pouvoir de Kaïs Saïed

Tunisia

AA / Tunis

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a mis en garde contre les dangers d’une concentration des pouvoirs entre les mains du Président, Kaïs Saïed, en l’absence de structures d’amendement constitutionnel, considérant que celui-ci est une question qui concerne toutes les composantes de la société, rejetant le monopole du Président sur l’amendement.

C'est ce qui ressort d'un communiqué publié, vendredi, par l'UGTT, la plus grande centrale syndicale dans le pays.

La même source a alerté contre les dangers d’une concentration des pouvoirs entre les mains du Président en l’absence de structures d’amendement constitutionnel.

L'UGTT considère aussi la Constitution comme "un point de départ et une référence fondamentale", en attendant un référendum sur son amendement, appelant en ce sens à la restructuration du système politique et électoral.

"Kaïs Saïed accapare l’amendement, ce qui représente un danger pour la démocratie, a fait savoir le communiqué. Aucune issue pour sortir de la crise, sauf par le biais du dialogue et de la démarche participative, sur fond des principes nationaux, et de la souveraineté de la Tunisie."

Le Syndicat a renouvelé son appel à accélérer la formation d’un gouvernement aux pleins pouvoirs dont il sera capable de faire face aux complications d’une situation exacerbée par la situation exceptionnelle.

L'UGTT a également a exigé que le gouvernement consacre la continuité de l’État dans la mise en œuvre de ses promesses et ses engagements ainsi que ses accords avec les parties sociales.

La Tunisie est en proie à une grave crise politique depuis que le chef de l’État avait décidé, le 25 juillet, de révoquer le Chef du gouvernement Hichem Mechichi, de geler les pouvoirs du Parlement pour une durée de 30 jours et de lever l’immunité des députés, dans le cadre de mesures d’exception. Kaïs Saïed avait également annoncé qu’il s’arrogeait le pouvoir exécutif avec l’aide d’un gouvernement dont il désignera le chef et a procédé dans les jours suivants à une série de limogeages de ministres et de hauts responsables dans l’appareil de l’État.

*Traduit de l'arabe par Hajer Cherni

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın