Politique

Tunisie : le Mouvement 25 juillet appelle à boycotter une manifestation anti-Kaïs Saïed

- La manifestation était prévue ce samedi, pour dénoncer le coup d’État instauré depuis le 25 juillet 2021 et la prolongation de l’état d’exception

Hajer Cherni   | 16.09.2021
Tunisie : le Mouvement 25 juillet appelle à boycotter une manifestation anti-Kaïs Saïed

Tunisia

AA / Tunis / Hajer Cherni

Le Mouvement 25 juillet a appelé à ne pas participer à une manifestation prévue ce samedi, pour dénoncer le coup d’État instauré depuis le 25 juillet 2021 et la prolongation de l’état d’exception.

C'est ce qui ressort d'un communiqué publié, mercredi, sur la page Facebook officielle du Mouvement 25 juillet, qui a appelé les citoyens et les partis anti-Kaïs Saïed (Président tunisien) à ne prendre part à ce rassemblement.

"Nous avons suivi de près les derniers développements dans le pays, notamment les déclarations des partis et les appels à manifester sur fond de rumeurs ou de fuites officieuses et dans l’attente de l’annonce de la feuille de route, nous exprimons d'abord notre soutien au Président de la République, Kaïs Saïed et à toutes les mesures qui ont été annoncées à ce propos", a indiqué le communiqué.

Ledit Mouvement a également appelé "tous les Tunisiens libres à ne pas se laisser entraîner dans les campagnes de dénigrement contre la Présidence de la République et à ne pas sortir manifester le samedi, 18 septembre".

Par ailleurs, le Mouvement a ajouté qu’il suit de près l’avancement de la Tunisie vers la mise en place d’une vraie démocratie et l'élimination de toutes les formes de corruption et de trahison.

"Nous devons agir en tant que peuple conscient qui aime sa patrie. Un amour qui ne doit pas être dans la parole mais plutôt manifesté par des actes", a conclu le communiqué.

Des partis politiques tunisiens ont dénoncé la décision portant prorogation des mesures d'exception décidées par le Président Saïed, le 25 juillet dernier, tandis que d'autres formations ont réclamé au chef de l’État de soumettre, au plus vite, une "feuille de route" pour la prochaine étape.

Le 25 juillet dernier, le Président Saïed avait décidé de suspendre, pour une durée de trente jours, les travaux du Parlement, présidé par Rached Ghannouchi, chef du mouvement Ennahdha, de lever l’immunité dont bénéficiaient les députés et de limoger le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi. Kaïs Saïed s’est octroyé le pouvoir exécutif qu’il dirigera avec l’aide d’un gouvernement, dont il nommera le chef.

Dans la nuit de lundi à mardi, le Président tunisien a décidé de proroger "sine die" les mesures d'exception prises en juillet.

Dimanche, Saïed avait souligné que "les mesures d'exception prises visent à protéger l'État tunisien de l'effondrement, compte tenu de la crise sans précédent qui a secoué le pays, et à mettre un terme à des choix qui ont appauvri et paupérisé davantage le peuple, tout en s’accaparant ses ressources et ses potentialités".

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın