Politique

Trudeau juge « inacceptable » la fermeture du bureau de Radio Canada en Russie

Zakharova, porte-parole du MAE russe a indiqué qu’il s’agit de « mesures de représailles prises en riposte a aux actions du Canada depuis le début de la guerre en Ukraine ».

Lassaad Ben Ahmed   | 19.05.2022
Trudeau juge « inacceptable » la fermeture du bureau de Radio Canada en Russie

Canada

AA / Montréal / Hatem Kattou

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a qualifié, mercredi, la fermeture du bureau du média public « Radio Canada » en Russie « d’inacceptable ».

C’est ce qui ressort d’un tweet posté par Trudeau sur son compte officiel, mercredi.

« Ce n’est pas une grande surprise, c’est une menace pour Poutine, qui dépend de la désinformation, de la mésinformation, pour induire ses citoyens en erreur, pour essayer de justifier cette guerre illégale », a, notamment, écrit le Premier ministre canadien.

« Poutine tente de les empêcher (les journalistes) de rapporter des faits. Les journalistes doivent pouvoir travailler en toute sécurité, sans censure, intimidation ou ingérence. Le Canada défendra toujours ce principe », a-t-il encore souligné.

Les autorités russes avaient annoncé, plus tôt dans la journée du mercredi, la fermeture du bureau de « CBC/Radio Canada » et la révocation des visas et des accréditations des journalistes qui y travaillent.

Selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, cette décision représente des « mesures de représailles prises en riposte aux actions du Canada depuis le début de la guerre en Ukraine ».

Au cours de son intervention hebdomadaire, Zakharova a dénoncé vigoureusement l’appui apporté par Ottawa à Kiev avant même l’intervention militaire russe en Ukraine, le 24 février dernier.

« Le gouvernement canadien a adopté une orientation ouvertement russophobe», a-t-elle encore lancé, ajoutant que « CBC était devenue un mégaphone de propagande antirusse ».

La porte-parole de la diplomatie russe a rappelé, dans un tweet, que c’est bien le Canada qui avait décidé, en premier, de bannir sur son territoire les chaînes d’informations « Russia Today » en français et en anglais.

De son côté, la direction de Radio Canada a qualifié cette mesure de « jour noir » pour le journalisme.

« On est extrêmement déçu, on est même sous le choc », a souligné Lucie Julien, directrice générale de l’Information à Radio-Canada, un média présent en Russie depuis 44 ans.

« Le gouvernement russe semble confondre les décisions du gouvernement canadien et l’entreprise de presse indépendante qu’est Radio-Canada », a-t-elle encore indiqué.

Membre du G7 et de l’OTAN, le Canada fait partie des pays ayant apporté le plus de soutien et d’appui multiforme à l’Ukraine, aussi bien financier, qu'humanitaire et militaire, de même qu’Ottawa a infligé de sévères sanctions à l’endroit de Moscou.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın