Politique

L'ONU critique la construction de murs anti-migrants aux frontières de l'Europe

Tarek Fathi Mohamed   | 16.10.2021
L'ONU critique la construction de murs anti-migrants aux frontières de l'Europe

New York

AA/New York

L’Organisation des Nations Unies a critiqué vendredi l'intention des pays européens d’ériger des murs à leurs frontières pour empêcher les flux massifs de migrants et de réfugiés.

« Les pays européens doivent se rappeler que la Convention du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, a en fait été créée pour venir en aide aux Européens déplacées, au sortir de la deuxième guerre mondiale », a déclaré à la presse, le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric.

Et le porte-parole onusien de souligner, « Il va sans dire que les États ont la responsabilité de défendre leurs frontières et leurs citoyens, et c'est leur responsabilité première », toutefois, « Il est d’autant plus important que chaque pays respecte le droit international, ­- y compris la Convention relative au statut des réfugiés -, le droit des personnes à demander l'asile, le principe de non-refoulement ainsi que les droits humains et la dignité des migrants ».

Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, avait annoncé mardi que le gouvernement polonais présentera un projet de loi au Parlement pour ériger un mur permanent à la frontière biélorusse, en raison de la crise des migrants irréguliers.

Dans ses déclarations à la radio publique polonaise mardi, Blaszczak a fait savoir que le projet de loi concernant la construction du mur à la frontière biélorusse sera préparé par le ministère de l’Intérieur.

Le responsable polonais a indiqué que son pays avait construit une clôture anti-migrants en barbelés et déployé 3 000 soldats à sa frontière avec la Biélorussie pour se protéger des flux de migrants irréguliers.

Il a fait savoir que l'armée a décidé de doubler ses effectifs déployés aux frontières, faisant observer que « la pression migratoire est très élevée ».

En août dernier, les pays de l'Union européenne frontaliers de la Biélorussie, - la Lituanie, la Lettonie et la Pologne -, ont demandé l'aide du bloc des 27, face à l'augmentation significative du nombre de migrants irréguliers en provenance d'Irak, d'Afghanistan et de Syrie.

Les gouvernements de ces pays ont accusé le président biélorusse Loukachenko d'inviter intentionnellement des « touristes » originaires de pays qui constituent la principale source de migration vers l'UE, afin de se venger des sanctions prises à l'encontre de son gouvernement.


*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın