Politique

Londres appelle Pékin à autoriser la commission d'enquête à accéder au Turkestan oriental

- Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré également sur son compte Twitter que son pays avait imposé des sanctions à 15 putschistes birmans en raison de leurs graves violations des droits de l’homme.

Majdi Ismail   | 22.02.2021
Londres appelle Pékin à autoriser la commission d'enquête à accéder au Turkestan oriental

London, City of

A/ Royaume-Uni

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a appelé lundi soir le gouvernement chinois à autoriser la commission d'enquête à atteindre la province du Xinjiang (Turkestan oriental).

C’est ce qui ressort d’une série de tweets postés sur le compte du chef de la diplomatie britannique, et consultés par l’Agence Anadolu.

« Personne ne peut plus passer sous silence les preuves sur la situation des droits de l'homme en Chine. Celle qui prévaut au Xinjiang est horrible », a déclaré le ministre.

Et de poursuivre, « Le Royaume-Uni a annoncé des mesures ciblant les chaînes d'approvisionnement basées sur le travail forcé au Xinjiang et appelle (la Chine) à permettre aux experts chargés d’enquêter et de rétablir les faits, d'accéder de toute urgence à la province en question.

À propos de la situation en Birmanie, le chef de la diplomatie britannique a déclaré qu'elle allait de mal en pis.

Il a fait savoir que le Royaume-Uni avait jusqu'à présent « imposé des sanctions à l’encontre de 15 membres du régime militaire birman, pour leurs graves violations des droits de l’homme ».

Concernant le dissident russe, Alexeï Navalny, Raab a déclaré que « c’est une chose consternante que Navalny soit jugé pour des accusations totalement arbitraires en Russie ».

Il a ajouté que le Royaume-Uni avait imposé des sanctions à 6 personnes et à une entité, responsables de l'empoisonnement de Navalny.

Le 17 janvier, les autorités russes ont arrêté Navalny à son arrivée à l'aéroport Sheremetyevo de Moscou, en provenance d'Allemagne, où il a passé 5 mois à être soigné.

Le 2 février, la justice russe a condamné Navalny à 3 ans et demi de prison avec exécution immédiate, pour « une affaire d’escroquerie dans laquelle une condamnation avec sursis avait été prononcée contre lui ».

*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail








Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın