Politique

Libye : 5 grandes puissances occidentales appellent à la tenue des élections dans les délais prévus

- Déclaration conjointe des ambassades des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Allemagne, de la France et de l'Italie

???? ??????   | 12.09.2021
Libye : 5 grandes puissances occidentales appellent à la tenue des élections dans les délais prévus

Libyan

AA / Muhammad Artimah

Les États-Unis, l'Allemagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni ont exhorté, dimanche, les parties libyennes à organiser les élections à la date prévue.

C'est ce qui ressort d'une déclaration conjointe publiée par les ambassades des cinq pays en Libye, dont l'Agence Anadolu a reçu une copie.

"Suite à son exposé devant le Conseil de sécurité le 10 septembre 2021, nous nous joignons à l'envoyé des Nations unies en Libye, Jan Kubis, pour exhorter tous les acteurs libyens à assurer la tenue d'élections présidentielles et parlementaires inclusives, libres et équitables le 24 décembre 2021", ont indiqué les cinq nations dans cette déclaration.

Et de considérer que la tenue de ces élections, telle que prévue dans la feuille de route du Forum de dialogue politique libyen, que la Tunisie a accueilli en novembre 2021, et qui a été confirmée dans la résolution n° 2570 du Conseil de sécurité (des Nations unies), est une étape essentielle pour parvenir à une meilleure stabilité et à l'unification de la Libye, dans la mesure où leurs résultats sont respectés par tous".

La déclaration souligne que "la Chambre des représentants a approuvé des mesures pour atteindre cet objectif, puisque son président (Aguila Saleh) a annoncé le 8 septembre 2021 la loi régissant les élections présidentielles, et que la Haute Commission nationale des élections a progressé dans les préparatifs de la tenue des élections présidentielles et législatives du pays."

Les cinq États ont assuré que ces progrès constituaient "des étapes importantes vers la tenue des élections dans les délais prévus."

La loi régissant les élections présidentielles, que Saleh a récemment dévoilée, a suscité une vaste controverse et certains partis libyens ont refusé son adoption "de manière unilatérale" par le président du Parlement.

Dans leur déclaration, les cinq pays occidentaux estiment que "les lois régissant les élections ont pris du retard et tous les acteurs doivent reconnaître que le moment est venu de mettre en place et de compléter le dispositif électoral, en tenant compte de toutes les préoccupations légitimes du peuple libyen, afin que les élections législatives et présidentielles puissent avoir lieu dans les temps."

Ils ont salué les "mesures prises par le gouvernement d'unité nationale pour faciliter les préparatifs de la tenue des élections, notamment la mise à disposition d'un financement suffisant pour la Haute Commission électorale nationale et les divers préparatifs en matière de sécurité."

Et d'affirmer être "disposés à soutenir les autorités libyennes de transition, à leur demande, dans l'organisation des élections, notamment en sensibilisant les électeurs et en apportant une réponse à la lutte contre la désinformation pendant la campagne électorale."

"Nous restons attachés à la participation pleine, égale et significative des femmes aux élections libyennes, en tant qu'électrices, en tant que candidates et en tant que participantes actives au processus politique", ajoute la déclaration.

Les cinq nations ont salué "la volonté des parties libyennes de tourner la page des conflits passés et de prendre des mesures sérieuses pour unifier les institutions libyennes et mener à bien les étapes de la transition politique."

Vendredi, Jan Kubis a déclaré lors d'une session du Conseil de sécurité sur la Libye tenue à son siège à New York : "Le président de la Chambre des représentants m'a informé que la loi relative à l'élection présidentielle a déjà été adoptée en tant que loi n° 1 de 2021, tandis que les élections parlementaires peuvent être organisées sur la base de la loi actuelle, tout en offrant la possibilité d'introduire des amendements qui peuvent être adoptés, au cours des deux prochaines semaines."

La Libye a connu une percée politique depuis quelques mois, sous les auspices des Nations Unies. Le 16 mars, une autorité de transition élue, composée d'un gouvernement d'unité et d'un conseil présidentiel, a pris ses fonctions pour conduire le pays aux élections législatives et présidentielles du 24 décembre.


*Traduit de l’Arabe par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.