Politique

Liban : Arrestation d'un journaliste américain soupçonné de travailler pour un journal israélien

Le centre de la capitale libanaise a connu des affrontements durant les jours de samedi et de dimanche entre manifestants et forces de sécurité

Mourad Belhaj   | 20.01.2020
Liban : Arrestation d'un journaliste américain soupçonné de travailler pour un journal israélien

Lebanon

AA / Beyrouth / Wasim Saif Al-Din

La sécurité libanaise a arrêté, lundi, un journaliste américain soupçonné de diffuser des vidéos en direct des événements qui se déroulaient au centre-ville de Beyrouth pour le journal israélien Haaretz.

C’est ce qui ressort d’un communiqué de l’agence de presse libanaise (NNA, Officiel), reprenant le communiqué du Département de l'information, de l'orientation et des relations publiques de la Direction générale de la sécurité de l'État.

Selon le communiqué, "après que les médias sociaux aient diffusé un rapport sur la diffusion par une personne de vidéos en direct d'événements au centre-ville de Beyrouth au profit du journal israélien Haaretz, une patrouille de la Direction générale de la sécurité de l'État a pu déterminer le lieu de l'émission et s'y rendre".

La sécurité a révélé l'identité du suspect, citoyen américain nommé (Nicholas A.D.F) résidant dans la localité d’Ain Mraissé, et qui a affirmé qu'il travaillait à son propre compte.

"Après consultation du Procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, l’homme (Nicholas A.D.F) a été arrêté et remis à la Direction des renseignements de l'armée libanaise avec le matériel saisi en sa possession", indique le communiqué.

Le président Michel Aoun présidera, lundi, au Palais présidentiel de Baabda, une réunion consacrée aux développements sur le plan sécuritaire et des mesures à prendre pour maintenir la stabilité et le calme dans le pays.

Un calme précaire règne dans le centre de la capitale libanaise, Beyrouth, après qu'une vague d'affrontements a éclaté, tout au long des jours de samedi et dimanche, entre manifestants et forces de sécurité.

Dimanche soir, la Croix-Rouge libanaise a annoncé via "Twitter", que 114 personnes avaient été blessées dans des échauffourées entre manifestants et forces de sécurité à Beyrouth.

Le Liban connaît, depuis le 17 octobre 2019, des manifestations populaires qui ont forcé le gouvernement de Saad Hariri à démissionner, le 29 du même mois.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın