Politique

Le Maroc annonce officiellement la convocation de l'ambassadeur d'Espagne

- Pour protester contre l'accueil du secrétaire général du Front "Polisario", Brahim Ghali, par Madrid.

Khalid Mejdoup   | 25.04.2021
Le Maroc annonce officiellement la convocation de l'ambassadeur d'Espagne

Rabat

AA / Rabat

Le Maroc a officiellement annoncé, dimanche, que l’ambassadeur d'Espagne, Ricardo Diez Rodriguez, a été convoqué pour lui exprimer sa protestation contre l'accueil du secrétaire général du Front "Polisario", Brahim Ghali, par Madrid.

Le ministère marocain des Affaires étrangères a indiqué, dans un communiqué, qu'il avait demandé à l'ambassadeur d'Espagne "d'apporter des éclaircissements concernant cet accueil".

Les médias marocains et espagnols ont rapporté dans la soirée du samedi, que Rabat avait convoqué l'ambassadeur d'Espagne, à la suite de l’accueil à Madrid de Brahim Ghali, pour que celui-ci puisse recevoir un traitement contre le coronavirus.

Le ministère a exprimé ses regrets pour "la position de l'Espagne, qui accueille sur son sol le chef de la milice séparatiste (Polisario), accusé d'avoir commis de graves crimes de guerre et de graves violations des droits de l'homme".

Il a également exprimé sa déception "face à cette position incompatible avec l'esprit de partenariat et de bon voisinage, et qui concerne une question fondamentale pour le peuple marocain (le territoire du Sahara disputé avec le Polisario)".

Et d’ajouter : "La position de l'Espagne soulève beaucoup de surprises et de questions légitimes, dont, entre autres, pourquoi le dénommé Brahim Ghali a été introduit en Espagne en secret et avec un faux passeport ?"

Le ministère marocain s’est aussi interrogé : «Pourquoi l'Espagne a-t-elle décidé de ne pas informer le Maroc de l'affaire ? Pourquoi a-t-elle choisi de l’accueillir sous une fausse identité ? Et pourquoi la justice espagnole n'a-t-elle pas encore répondu aux nombreuses plaintes déposées par les victimes ?»

Il est à noter qu'un certain nombre de plaintes ont été déposées contre Brahim Ghali auprès des tribunaux espagnols ces dernières années, pour ses présumés «crimes de guerre et violations des droits de l'homme».

Cette convocation survient deux jours après que la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, ait confirmé que Ghali était traité dans son pays après avoir été infecté par le coronavirus, excluant que cela puisse provoquer une crise avec Rabat.

Le conflit entre le Maroc et le front "Polisario" portant sur la région du Sahara a commencé en 1975, après que l'occupation espagnole a mis fin à sa présence dans la région. Le différend s'est transformé en un conflit armé qui a duré jusqu'en 1991, pour se dénouer avec la signature d'un accord de cessez-le-feu.

Rabat revendique son droit sur la région du Sahara et propose une autonomie étendue de la région sous sa souveraineté, tandis que le "Polisario" demande un référendum pour déterminer le sort du Sahara, proposition soutenue par l'Algérie qui accueille des réfugiés de la région contestée.

* Traduit de l'arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın