Politique

Le Hezbollah appelle à dessaisir l'enquêteur judiciaire de l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth

- Dans un discours prononcé par Naim Qassem, secrétaire général adjoint du mouvement chiite libanais.

1 23   | 23.10.2021
Le Hezbollah appelle à dessaisir l'enquêteur judiciaire de l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth

Lebanon

AA / Beyrouth

Le mouvement libanais Hezbollah a appelé, ce samedi, à dessaisir l'enquêteur judiciaire de l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth, le juge Tarek Bitar, et ce, dans l'intérêt de la stabilité et de la justice au Liban.

C’est ce qui ressort d’un discours prononcé par Naim Qassem, le secrétaire général adjoint du Hezbollah, lors d'une cérémonie de remise des diplômes à des étudiantes dans la ville de Haret Hreik, dans la banlieue sud de Beyrouth.

Qassem a déclaré : “il est préférable que l'enquêteur judiciaire, le juge Tarek Bitar, renonce au dossier de l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth, dans l'intérêt de la stabilité et de la justice au Liban“.

Le 4 août 2020, une explosion catastrophique s'est produite dans le port de Beyrouth, qui a fait 217 morts et environ 7 000 blessés, ainsi que d'énormes dégâts matériels aux bâtiments résidentiels et commerciaux, à la suite du stockage d'environ 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium, confisqué depuis 2014.

Et le responsable du Hezbollah d’ajouter: “Bitar est devenu aujourd'hui un véritable problème au Liban, et il n'est plus à l'abri de la justice. Il politise les enquêtes ouvertement et de manière évidente“.

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah a aussi affirmé : “Bitar a failli provoquer une grande sédition à Tayouné (..) Qu'est-ce que c'est que cet enquêteur qui nous a apporté des problèmes et des malheurs, sans qu’il n’apporte aucun espoir de rendre justice ?!“

Le 14 octobre dernier, des affrontements armés ont eu lieu dans le quartier de Tayouné à Beyrouth, à la suite d’une fusillade lors d'une manifestation organisée par des partisans du Hezbollah et du mouvement Amal (partis chiites) pour dénoncer les décisions du juge Tarek Bitar dans l’affaire de l'explosion du port.

Les affrontements ont duré environ 5 heures, faisant 7 morts et 32 blessés.

Le 2 juillet dernier, le juge Bitar avait inculpé 10 responsables et officiers, dont deux députés du mouvement « Amal » (allié du Hezbollah) et anciens ministres, Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter, ainsi que l'ex-Premier ministre Hassan Diab.

Cependant, ces poursuites ont été rejetées par certaines forces politiques libanaises, parmi lesquelles on compte le Hezbollah, dont le leader Hassan Nasrallah, avait vivement critiqué le juge Tarek Bitar, l'accusant de partialité et d'avoir politisé le dossier de l'affaire, appelant à son remplacement par un magistrat "honnête et transparent".

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.