Politique

Elections en Irak: le bloc sadriste en tête, suivi du bloc du "Progrès" dirigé par Mohammad al-Halbousi

- Le bloc sadriste a remporté 73 sièges, tandis que le bloc du "Progrès" en a remporté 38, suivi d'un seul siège par le bloc de l'"État de droit" dirigé par Nouri al-Maliki, selon l'agence de presse officielle

1 23   | 11.10.2021
Elections en Irak: le bloc sadriste en tête, suivi du bloc du "Progrès" dirigé par Mohammad al-Halbousi

Iraq

AA / Bagdad / Ibrahim Saleh

Le "bloc sadriste" en Irak, dirigé par Moqtada al-Sadr (chiite), est arrivé en tête du scrutin législatif anticipé, suivi par le bloc du président du parlement dissous, Mohammad al-Halbousi (sunnite), selon l'agence de presse officielle.

Le président du Conseil des Commissaires de la Commission électorale, Jalil Khalaf, a déclaré lors d'une conférence de presse dans la capitale, Bagdad, que la Commission a annoncé les résultats préliminaires dans tous les gouvernorats.

La Commission a publié les noms des vainqueurs sur son site web, sans indiquer les blocs politiques auxquels ils appartiennent.

Sur la base des noms des vainqueurs, l'agence de presse officielle a rapporté que le "bloc sadriste" est arrivé en tête avec 73 sièges sur 329, tandis que le bloc "Progrès" dirigé par Mohammad al-Halbousi a remporté 38 sièges. Le bloc "État de droit" dirigé par Nouri al-Maliki est arrivé en troisième position avec 37 sièges.

Le PDK, dirigé par Massoud Barzani, est arrivé en tête des résultats préliminaires officiels dans le district kurde du nord de l'Irak.

3 249 candidats, représentant 21 coalitions et 109 partis, ainsi que des indépendants, ont participé à ces élections qui se sont tenues plus tôt que prévu après que des manifestations populaires, déclenchées début octobre 2019, ont renversé le gouvernement précédent, dirigé par Adel Abdul-Mahdi, à la fin de cette année.

Les résultats définitifs seront annoncés au terme de deux semaines, dans la mesure où la Commission va commencer à recevoir des recours concernant les résultats préliminaires, pour une période de trois jours à compter de mardi, qui devront être traités dans un délai de 10 jours, suite à quoi les résultats définitifs seront annoncés, selon Khalaf.

Il a déclaré que la Commission avait reçu 94 recours concernant le processus de vote, et qu'il n'y avait pas de recours grave lié à des violations sérieuses, comme la fraude ou la manipulation.

Une coalition doit être formée entre les vainqueurs pour former le gouvernement qui nécessite une majorité de 165 députés (la moitié plus un).

Lors des dernières élections de 2018, l'alliance "Sairoon" de Moqtada al-Sadr est également arrivée en tête, mais n'a obtenu que 54 sièges, suivie de la coalition "Al-Fatah", dirigée par Hadi al-Amiri, avec 48 sièges, puis de la coalition "Victoire", dirigée par l'ancien Premier ministre Haider al-Abadi (2014-2018), avec 42 sièges. Avec 42 sièges.

À l'époque, la coalition "Sairoon" n'a pas pu former une coalition lui permettant de former un gouvernement. Cette coalition a donc été formée entre tous les blocs vainqueurs, et les postes ont été distribués aux principales composantes, selon le principe des quotas.

Les manifestations en Irak, qui ont duré plus d'un an, ont mis en cause la classe politique influente, accusée de corruption et de dépendance vis-à-vis de l'extérieur, et ont exigé des réformes politiques, à commencer par l'abolition du système basé sur les quotas dans la répartition des postes entre les principales composantes, à savoir les chiites, les sunnites et les kurdes.


*Traduit de l’Arabe par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.