Politique

Crise libyenne : Khaled Al-Mechri, président du Haut Conseil d'État libyen en visite au Maroc

-Parallèlement à une visite similaire à Rabat d'Aguila Saleh, Président de la Chambre des représentants de Tobrouk (EST)

Mourad Belhaj   | 26.07.2020
Crise libyenne : Khaled Al-Mechri, président du Haut Conseil d'État libyen en visite au Maroc

Libyan

AA / Tripoli 

Le président du Haut Conseil d'État libyen, Khaled Al-Mechri, se rendra, dimanche, au Maroc pour une visite officielle, parallèlement à une visite similaire du président de la Chambre des représentants à Tobrouk (est) Aguila Saleh.

Le conseil a déclaré dans un communiqué que "Al-Mechri sera à la tête d’une délégation de haut niveau, dimanche, pour effectuer une visite officielle (dont il n'a pas mentionné la durée) au Maroc à l'invitation du président de la Chambre des représentants marocaine Habib al-Maliki".

"Au cours de la visite, des points de vue et des points de vue seront échangés sur des questions et des intérêts communs entre les deux pays", a indiqué le communiqué, sans plus de détails.

Parallèlement, Aguila Saleh, accompagnée de ce qu'on appelle le ministre des Affaires étrangères du gouvernement intérimaire (non reconnu au niveau international) Abdel Hadi Al-Hawij, est arrivée à Rabat, plus tôt dimanche, pour une visite officielle de deux jours, selon les médias marocains.

Le journal "Hespress" a cité des sources anonymes disant que le président du Parlement marocain s'entretiendra lundi avec Saleh et la délégation qui l'accompagne pour discuter des développements de la crise libyenne.

Saleh devrait également rencontrer le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et un certain nombre de responsables marocains, selon la même source.

Le Maroc affirme continuellement son attachement à l'accord politique de Skhirat comme référence fondamentale pour faire face au conflit armé en Libye.

En décembre 2015, les deux parties au conflit libyen ont signé un accord politique dans la ville marocaine de Skhirat, qui a abouti à la formation d'un conseil présidentiel à la tête du gouvernement d’entente nationale, en plus d'une extension du parlement, et la mise en place d'un Haut Conseil d'État, mais le général renégat, Khalifa Haftar, a cherché pendant des années à le bloquer et à l’annuler.

La Libye vit depuis des années au rythme d'un conflit armé qui oppose la milice du général Haftar au gouvernement internationalement reconnu, qui se disputent la légitimité et l'autorité sur le pays, ce qui a causé de grandes pertes en vies humaines parmi la population civile, ainsi que d'importants dégâts matériels.

La pression monte pour arrêter les combats en Libye et reprendre le processus politique, à la lumière des victoires remportées par l'armée libyenne qui lui ont permis d'expulser la milice Haftar de la région ouest du pays.

*Traduit de l’Arabe par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın