Turquie, Politique

Cavusoglu: "Mes propos ne signifient pas que nous allons travailler avec Al-Assad"

İsmail Çimen,Tuncay Çakmak   | 17.12.2018
Cavusoglu: "Mes propos ne signifient pas que nous allons travailler avec Al-Assad"

TBMM

AA - Ankara - Tuncay Çakmak

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a affirmé que ses propos concernant Bachar al-Assad ne signifient en aucun cas que la Turquie souhaite "travailler" ou qu’elle "approuve" les actes de ce dernier.

Le Chef de la diplomatie turque a tenu, lundi, clarifier les déclarations qu’il a fait dimanche concernant la Syrie.

Cavusoglu s’est exprimé sur le sujet lors des discussions sur le budget 2019 de son ministère au Parlement turc à Ankara.

"A aucun moment, nous n'avons dit que nous approuvions les actes d'Al-Assad. A une question qui me demandait si nous travaillerions avec Al-Assad s'il sortait vainqueur d'élections justes, j'ai simplement répondu que dans ce cas chacun reverrait sa position. Cela ne signifie pas que nous allons travailler avec Al-Assad ou que nous l'approuvons", a-t-il expliquer.

"Je n'ai jamais dit des choses qui signifient que nous allions travailler avec Al-Assad ou que nous l'approuvions", a-t-il encore insisté.

Mevlut Cavusoglu a également indiqué que la Turquie travaille de manière étroite avec les autres pays garants, que sont la Russie et l’Iran, pour la création d’un Comité Constitutionnel qui aura pour mission de rédiger la future constitution de la Syrie.

"Nous allons à Genève dans cet objectif. Un processus politique débute. Nous avons apporté notre soutien à ce processus qui portera la Syrie vers des élections démocratiques, libres et transparentes sous le contrôle des Nations Unies. C’est dans ce sens que j’ai tenu ces propos", a-t-il ajouté.

Le Chef de la diplomatie turque est aussi revenu sur les discussions avec Washington en vue de l’extradition du chef de l’organisation terroriste FETO, auteur de la tentative de coup d’état repoussée du 15 juillet 2016, Fethullah Gulen, vivant en Pennsylvanie.

Il a rappelé qu’à chaque échange avec les autorités américaines, le gouvernement turc réclame l’extradition de Gulen et de 84 autres membres de FETO présents aux Etats-Unis.

"En Argentine, lors du sommet du G20, notre Président de la République a réitéré cette demande au Président Trump. Le président américain a répondu travailler sur la question de l’extradition de Gulen", a-t-il expliqué.

Et Cavusoglu d’ajouter :

"Le FBI mène une enquête sérieuse contre FETO dans 15 états. Le FBI est en train de mettre en lumière la face cachée de FETO aux Etats-Unis. Des arrestations ont eu lieu dans différents états notamment dans le New Jersey."

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.