Politique

Algérie: Les parlementaires réclament «des excuses et des indemnisations» à la France

- Et insistent sur la nécessité de réactiver le projet de loi criminalisant le colonialisme français, gelé depuis plusieurs années

Fatma Bendhaou   | 25.10.2021
Algérie: Les parlementaires réclament «des excuses et des indemnisations» à la France

Algeria

AA / Alger / Aksil Ouali

Les parlementaires algériens ont dénoncé, lundi, lors d'une rencontre tenue à l’Assemblée populaire nationale (APN), les « attaques françaises contre le pays» et « l’attitude belliqueuse des responsables de l’ancienne puissance coloniale » à son égard. Ils ont également condamné les « agissements contraires à l’éthique parlementaire et diplomatique » du Parlement français qui avait convié, la semaine dernière, des militants algériens vivant en France pour un débat sur les droits de l’homme en Algérie.

Lors de la rencontre tenue à l'APN, et intitulée « Parlement français… Basta les guerres par procuration », les députés et des représentants de différentes organisations algériennes ont affirmé « qu’il ne faut pas rater cette occasion pour réclamer la reconnaissance, des excuses et des indemnisations » à la France officielle.

Ils ont, également, insisté sur la nécessité de réactiver le projet de loi criminalisant le colonialisme français, gelé depuis plusieurs années. « Il faut élaborer un nouveau texte avec la participation d’experts et d’historiens. Il faut également prendre des mesures qui feront mal et ne pas se contenter de déclarations. Nous devons saisir cette occasion pour exiger la repentance, les excuses et l’indemnisation des victimes de la colonie française », ont lancé les intervenants, dont certains ont réclamé la « réactivation de la loi relative à la généralisation de la langue arabe et l’activation des mécanismes juridiques en rapport avec la mémoire nationale ».

Les participants ont condamné ce qu’ils ont appelé « les actes hostiles à l’Algérie, encouragés et cautionnés au sein même du Parlement français, de certains lobbies qui visent surtout la stabilité du pays ». « Après les propos belliqueux du Président français, il est venu le tour du Parlement français de s’engager, toute honte bue, dans une guerre par procuration, au profit de lobbies dont l’unique mission est de provoquer l’Algérie et de s’ingérer dans ses affaires internes », a déclaré Mounder Bouden, vice-président de l’APN et président de la Commission des affaires étrangères.

Selon lui, le « parlement français semble ignorer que l’Algérie est une Nation indépendante et souveraine ». « Cet acte a prouvé que le parlement français, qui prône la démocratie, les libertés et le respect de l’autre, est devenu un instrument de propagande par des cercles connus qui cherchent à parasiter l’Algérie à l’intérieur de son territoire et à l’échelle régionale», soutient-il.

Au début du mois d’octobre en cours, le président Français, Emmanuel Macron avait qualifié le régime algérien de « militaire», tout en remettant en cause l’existence de la Nation algérienne avant 1830, date de la colonisation du pays. Le président français avait également décidé de réduire de 50% le nombre de visas accordés aux Algériens. Des propos et des réactions qui ont provoqué la colère des autorités algériennes qui ont rappelé l’ambassadeur d’Algérie à Paris « pour consultations ».

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın