Monde

Zarif : Un mensonge est derrière les manifestation à Téhéran

Pour le ministre iranien des Affaires étrangères, les manifestations ont éclaté après que des responsables aient menti sur la raison du crash l'avion ukrainien.

Meher Hajbı   | 15.01.2020
Zarif : Un mensonge est derrière les manifestation à Téhéran

India

AA - New Delhi

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a fait savoir, mercredi, que des manifestations ont éclaté à Téhéran il y a quelques jours, après “des mensonges” sur la cause du sinistre de l'avion ukrainien.

C’est ce qui ressort de ses déclarations lors de sa participation à la conférence "Global Leadership" dans la capitale indienne, New Delhi, rapport l'agence “Associated Press”.

En effet, des manifestations anti-régime ont éclaté, samedi, à Téhéran après l’enterrement des victimes iraniens du crash de l'avion ukrainien. Les protestations se sont élargies, dimanche, dans les provinces de Mashhad, Tabriz, Shiraz, Arak, Yazd, Ahvaz, Qazvin, Kermanshah et Sanandaj.

Pour Zarif, le Commandant de la "Force al-Quds" Qassem Soleimani, qui a été assassiné par Washington en Irak le 3 janvier, était "la seule force la plus efficace contre Daech". "Si vous ne me croyez pas, regardez la célébration de la mort de Soleimani", a-t-il poursuivi.

Zarif a également indiqué que l'Iran a envoyé un message aux États-Unis à travers l'ambassadeur de Suisse, avant que Téhéran ne lance une frappe de missiles contre des bases américaines en Irak.

De son côté, la justice iranienne a annoncé, mardi, l'arrestation de plusieurs individus pour leur implication dans le crash de l'avion ukrainien à la suite des déclarations du président iranien, Hassan Rohani appelant son pays à mettre en place un “tribunal spécial” pour poursuivre les responsables du sinistre.

En effet, l’état-major iranien a reconnu, samedi, que le système de défense aérienne avait abattu l'avion de passagers ukrainien “par erreur”, au moment où il a survolé “une zone militaire sensible”.

Le Commandant de la Force aérospatiale des Gardiens de la révolution, Amir Ali Hajizadeh fait, également, part de leur entière responsabilité dans le crash de l'avion ukrainien à Téhéran.

Il est à rappeler que Téhéran avait affirmé, initialement, disposer de preuves convaincantes que l'avion n'a pas été abattu. En face, les dirigeants occidentaux avançaient que l'avion semble avoir été accidentellement touché par un missile sol-air iranien.

Le 8 janvier, le crash d'un avion de type Boeing 737 ukrainien, peu après son décollage de l’aéroport international de Téhéran, a fait 176 morts, dont 82 Iraniens, 63 Canadiens, 11 Ukrainiens, 10 Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın