Politique, Monde

Yémen : L'ONU salue l'échange de prisonniers entre les deux parties au conflit

- Le porte-parole du secrétaire général des Nations unies recommande vivement à toutes les parties au conflit yéménite de collaborer avec l'envoyé spécial dans la perspective d'une déclaration commune sur un cessez-le-feu dans tout le pays

Mourad Belhaj   | 17.10.2020
Yémen : L'ONU salue l'échange de prisonniers entre les deux parties au conflit

Ankara

AA / Ankara

L'ONU a salué l'important échange de prisonniers entre les parties au conflit au Yémen, décrivant cette initiative comme une " avancée " vers la paix dans ce pays déchiré par la guerre.

"C'est une étape importante dans la mise en œuvre de l'accord de Stockholm et c'est le plus important échange de prisonniers depuis le début du conflit", a déclaré, samedi dans un communiqué, Stéphane Dujaric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU.

Dujaric a exhorté les parties yéménites à poursuivre leur collaboration avec l'envoyé spécial des Nations unies, Martin Griffiths, " en bonne foi et sans conditions préalables pour finaliser la déclaration commune " relative au cessez-le-feu dans tout le pays et à l'engagement dans " un processus politique global et inclusif pour mettre fin à la guerre ".

Le gouvernement yéménite et les rebelles houthis ont échangé des prisonniers, jeudi et vendredi, sous la supervision du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Le 27 septembre, une déclaration conjointe du CICR et des Nations unies faisait état d'un accord conclu à Genève entre les deux rivaux pour échanger 1 081 prisonniers, dont 15 Saoudiens et quatre Soudanais.

Le Yémen est en proie à la violence et au chaos depuis 2014, date à laquelle les rebelles houthis ont envahi une grande partie du pays, y compris la capitale Sanaa. La crise s'est aggravée en 2015, lorsqu'une coalition dirigée par les Saoudiens a lancé une campagne aérienne dévastatrice visant à réduire les conquêtes territoriales des Houthis.

Des dizaines de milliers de Yéménites, y compris des civils, auraient été tués dans ce conflit, qui a conduit à la pire crise humanitaire au monde, des millions de personnes risquant toujours de mourir de faim dans ce pays.

*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.